A l’occasion de la parution de ses mémoires : Hommage à Abderrahmane Youssoufi

Une cérémonie en hommage à l’ancien Premier ministre, Abderrahmane Youssoufi, a été organisée, jeudi à Rabat, à l’occasion de la parution d’un ouvrage retraçant son parcours de militant d’environ huit décennies.

Cette cérémonie d’hommage a débuté au rythme de l’hymne national du Royaume en présence des conseillers de SM le Roi, André Azoulay et Abdellatif Menouni, du chef du gouvernement Saad Eddine EL Othmani ainsi que de ministres, parlementaires, diplomates et représentants de la société civile. Le secrétaire général, Mohamed Nabil Benbdallah et le président du Conseil de la présidence du PPS, Ismael Alaoui, ont également assisté à cette cérémonie d’hommage à cette figure emblématique de l’action politique au Maroc.

« Les trois parties de ce livre, coordonnées par M’barek Bouderka, retracent une partie de mes mémoires et constituent l’occasion de se remémorer nos valeurs nationales et les leçons qu’on a apprises grâce au militantisme de plusieurs générations de Marocains depuis la création du mouvement national lors des années 30 du dernier siècle », a souligné Youssoufi à cette occasion.
Ces valeurs constituent, encore, les bases du parachèvement de l’édification du Maroc d’aujourd’hui et de demain, le Maroc des libertés, de la démocratie et des institutions, ainsi que de la défense de notre intégrité territoriale sous la conduite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a poursuivi Youssoufi qui fête, ce jeudi, son 94è anniversaire.
L’ouvrage revient sur une expérience politique vécue de différents points de vue que ce soit à l’époque de la résistance contre les forces occupantes ou à celle de l’indépendance vécue à la fois aux niveaux de l’opposition et du gouvernement, a ajouté Youssoufi.
A cet égard, il s’est dit convaincu que ce livre constitue une partie d’un « héritage marocain riche qui fait notre fierté en tant que patrimoine civilisationnel façonné de génération en génération », notant que cette publication fera l’objet de recherches pour les historiens, les politologues et les sociologues, et d’interprétations pour les supports médiatiques.
Youssoufi a tenu à remercier l’assistance et l’ensemble des organisateurs, à leur tête M. Driss Jettou, d’avoir choisi la date du 08 mars qui coïncide avec son anniversaire pour lui rendre hommage, d’autant plus qu’elle correspond à la Journée internationale de la femme, affirmant que les jeunes et les femmes constituent un potentiel considérable à même d’assurer une transition positive dans le pays.
Youssoufi n’a pas omis de ses propos d’adresser un message aux nouvelles générations, tout en saluant la passion de celles-ci pour son histoire et sa patrie, et l’intérêt particulier qu’elles portent vis-à-vis de son pays. Ainsi, il s’est dit convaincu que ces générations « sont conscientes que la force des nations réside dans sa réconciliation avec son passé et sa bonne lecture de son présent, et ce pour édifier un avenir plein de réussite et de progrès ».
Youssoufi s’est, en guise de conclusion, montré optimiste quant aux capacités de ces générations, armées des leçons et des valeurs du passé et du présent, à construire un avenir meilleur.
De son côté, M’Barek Bouderka, qui a veillé à l’élaboration et à la préparation de ce livre, a indiqué que cette publication, constituée en totalité des interventions et des interviews de M. Youssoufi, reflète les orientations idéologiques et politiques de ce militant, depuis son élection à la tête de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), après la disparition de son ami feu Abderrahim Bouabid, mettant en avant son interaction pour faire du Royaume un pionnier de l’expérience démocratique.
Bouderka a également salué l’appel de Youssoufi pour attribuer aux artères des pays maghrébins les noms d’anciens résistants en reconnaissance à leur rôle primordial dans l’indépendance des pays du Nord d’Afrique.
Tout en louant la fidélité dont Youssoufi a toujours fait preuve à l’égard de ses amis et ses compagnons, il a mis l’accent sur la haute sollicitude dont SM le Roi a entouré Youssoufi lors de son hospitalisation suite à une maladie respiratoire.

Pour sa part, l’ancien Premier ministre espagnol, Felipe Gonzalez, a qualifié Youssoufi de « grand résistant » ayant milité pour l’indépendance, la démocratie, la justice sociale et l’intégrité territoriale de son pays.
Gonzalez, ancien secrétaire général du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (PSOE), a souligné, à cette occasion, l’importance de préserver les mémoires de M. Youssoufi en vue d’édifier un avenir meilleur.

L’ancien diplomate algérien, Lakhdar Ibrahimi, a indiqué, quant à lui, qu’il partageait avec Youssoufi les préoccupations et les soucis du projet maghrébin qui est toujours envisageable, ainsi que de la cause palestinienne qui doit rester une première priorité, assurant que cette cérémonie d’hommage constitue l’occasion de se rassembler autour de Youssoufi et poursuivre le chemin vers le but escompté, celui de l’édification maghrébine.
Ce livre comprend des vérités historiques riches sur le Maroc, ainsi que sur la lutte des peuples maghrébins marquée par des réussites mais aussi des échecs, a-t-il poursuivi, se félicitant des réalisations de M. Youssoufi en faveur du Maroc, des pays maghrébins, arabes et africains.
Après avoir loué les qualités de Youssoufi, sa fidélité à sa patrie et à ses amis et son engagement indéfectible en faveur du Maghreb, Ibrahimi a indiqué que l’espoir de l’édification maghrébine, qui constitue un droit des peuples de la région, est toujours présent.
« L’édification du Maghreb Arabe est un objectif qui requiert la lutte et l’action », a-t-il martelé, saluant, de passage, Mme Hélène, épouse de M. Youssouf, ainsi que toutes les femmes du monde à l’occasion de la Journée internationale de la femme.
Dans la même lignée, le militant égyptien, Mohamed Fayek, a relevé que cet hommage tellement attendu est le couronnement d’une vie pleine de succès d’un homme qui a sacrifié sa vie à son pays, mais aussi au monde arabe à travers les mouvements de libération.
Acteur actif dans l’action arabe et africaine, Youssoufi a fait de la défense des droits de l’Homme et des valeurs universelles une priorité absolue pour lutter en faveur de la justice, a enchaîné M. Fayek, président du Conseil National égyptien des droits de l’Homme, qui a connu M. Youssoufi à travers feu Mehdi Ben Barka.
M. Youssoufi a participé à la création de l’Organisation arabe des droits humains, organisme que l’honoré a enrichi avec son expérience et sa sagesse, a rappelé le responsable égyptien, faisant savoir que M. Youssoufi a défendu l’Organisation pour obtenir le statut consultatif au sein du Conseil économique et social des Nations Unies.
En tant que Premier ministre, M. Youssoufi a fait de la défense des droits de l’Homme son cheval de bataille, en plus d’accorder un intérêt spécial à la promotion de la situation de la femme et la réalisation de l’égalité.
M. Fathallah Oualalou a, à son tour, mis l’accent sur les qualités humaines de M. Youssoufi et sa lutte acharnée en faveur des droits humains, de l’indépendance du Maroc, de son intégrité territoriale, et de son évolution politique, économique et sociale, ajoutant que M. Youssoufi constitue, aux côtés de Mehdi Ben Barka et Abderrahim Bouabid, un trio de référence.
Dans une allocution de présentation, Oualalou a mis en avant le grand esprit patriotique de M. Youssoufi qui a contribué à la mise en place des premiers noyaux de la résistance, de l’armée de libération et de la solidarité avec la révolution algérienne contre les forces coloniales françaises, tout en défendant les valeurs des droits humains.
Cette cérémonie d’hommage a été ponctuée par la présentation d’une exposition photographique de l’artiste Mohamed Maradji retraçant les différentes étapes de l’histoire du Maroc marquée par l’empreinte de M. Abderrahmane Youssoufi.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.