Abderrahman El Youssoufi publiera enfin ses mémoires

Quinze ans après son départ du gouvernement, Abderrahmane El Youssoufi publiera enfin ses mémoires. Préparés par son compagnon de route, M’Barek Bouderka, ses mémoires en arabes intitulées, « Alhadith fi ma jara » (A propos de ce qui s’est passé) se présentent sou la forme d’un récit en trois tomes composé de morceaux biographiques, d’entretiens et de discours de l’ancien premier ministre et ancien premier secrétaire de l’USFP. Pour la cérémonie de présentation de ce document très attendu, Abderrahmane El Yousoufi a choisi la date du 8 mars qui coïncide avec son 94 e anniversaire. La présentation aura lieu au théâtre Mohammed V en présence de plusieurs personnalités politique nationales et étrangères et à, leur tête, bien sûr, Abderrahman El Youssoufi qui a validées le contenu des trois tomes.

El Youssoufi

A l’écart de la chose politique depuis son limogeage en 2002, l’ancien Premier ministre dévoilera plusieurs épisodes méconnus de son parcours.

Divisés en trois parties, les mémoires, rédigés par Abbas, nom partisan de Mbark Boudarqa, reviennent sur certaines phases du parcours d’El Youssoufi, comme son enfance, certaines entrevues avec Hassan II ou encore ses relations avec Driss Basri.

« Il a évité de s’étaler sur les événements qui sont déjà connus. Personne ne connait son enfance et les mésaventures de l’homme au-delà de la politique, un morceau de vie très important. Et deux des trois parties de ses mémoires sont constituées d’interviews et de discours qu’il avait donnés, où il restitue une partie de l’histoire du Maroc. Un trésor pour les chercheurs, les historiens et les étudiants« , rapporte le site Telquel, citant une source proche de l’ancien premier ministre. « El Youssoufi est connu pour être un des très rares politiques à écrire ses discours lui-même« , ajoute la même source.

El Youssoufi1

Evincé en 2002 au profit de l’homme de sérail, Driss Jettou, malgré la victoire de l’USFP aux élections législatives, le leader socialiste s’était éloigné de la scène publique depuis. En 2003, il prononcera son célèbre discours de Bruxelles où il déclare : « L’alternance consensuelle construite à partir du parlement de 1997 n’a pas été imposée par des élections unanimement contestées par les partis politiques, comme elle n’a pas été le résultat d’alliances librement contractées par les partis. Elle a été le résultat d’un accord entre le roi Hassan Il, qui détenait tous les pouvoirs, et l’opposition historique au Maroc« .

youssoufi

La même année, il quitte l’USFP, qui connaitra depuis une dramatique descente en enfer, trainant avec lui l’ensemble de la gauche. Hormis un hommage qui lui avait été rendu en juillet 2016 par Mohammed VI, qui avait alors baptisé une avenue tangéroise par son nom, Abderrahmane EL Youssoufi est resté loin de toutes les tractations que le Maroc a connu durant les dix dernières années.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.