Alors que la faillite de la Samir n’est pas encore actée : l’Etat envisage déjà d’investir dans nouvelle raffinerie à Jorf Lasfar

La « faillite » n’étant pas encore définitivement actée, et voilà que les autorités publiques envisagent l’option d’une nouvelle raffinerie qui serait basée à Jorf Lasfar, à 17 km d’El Jadida.

Ces propos ont été attribué par La Vie Eco au ministre de l’Energie et des mines, Abdelkader Aamara, le 26 novembre lors d’un dîner débat sur « les enjeux de la libéralisation » organisé par l’hebdomadaire économique La Vie Eco, détenu par Aziz Akhennouch, patron d’Afriquia, distributeur de produits pétroliers .

Il faut lire que le sauvetage de l’unique raffinerie du pays « n’est plus une option envisageable sur le plan politique et financier ». La Société anonyme marocaine de l’industrie du raffinage (Samir), « valorisée à 10 milliards de dirhams, tout actif confondu », a aujourd’hui des dettes culminant à « plus de 43 milliards de dirhams », a rappelé Amara, rapportent de La Vie Eco.

Et le ministre d’ajouter: « plutôt que d’injecter cette somme colossale dans le sauvetage d’une infrastructure dont la validité technique reste à prouver, l’Etat envisage une nouvelle installation dont la performance eserait hasardeuse ».

Alors que la Samir a stoppé ses activités de raffinage depuis bientôt 4 mois, cette option fait de plus en plus son chemin chez les autorités marocaines. Mais l’idée n’est pas nouvelle: elle avait déjà été évoquée au lendemain des deux incendies qui avaient causé d’importants dégâts sur le site de la raffinerie de Mohammedia, en 2002 puis en 2003.

« Une deuxième raffinerie n’a pas sa place dans le marché national et l’Etat ne pourra pas convaincre les investisseurs du secteur d’y participer. 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.