Assange : la Suède requiert le maintien du mandat d’arrêt

Les procureurs suédois s’opposent à la levée du mandat d’arrêt européen émis en 2010 à l’encontre de Julian Assange dans le cadre d’une enquête pour viol, ont-ils annoncé jeudi.
Le parquet suédois cherche à interroger le fondateur de Wikileaks, confiné depuis 2012 dans l’ambassade d’Équateur à Londres, sur ce viol dont l’accuse une femme d’une trentaine d’année, qui remonterait à 2010 dans la région de Stockholm. L’Australien clame son innocence.
« Julian Assange reste soupçonné d’un crime grave », écrivent les procureurs dans un communiqué en précisant maintenir leur demande de placement en détention provisoire de Julian Assange en cas d’arrestation.
Le tribunal de Stockholm pourrait rendre sa décision dans les deux ou trois semaines à venir.
A l’appui de l’avis d’un groupe de travail de l’ONU qui estimait le 5 février que Julian Assange était victime d’une détention arbitraire, ses avocats suédois avaient demandé en février la levée du mandat d’arrêt.
Ils ont déjà été déboutés une première fois devant le tribunal et la cour d’appel de Stockholm, ainsi que devant la Cour suprême suédoise.
L’ancien hacker avait d’abord rejoint la Grande-Bretagne pour échapper à une arrestation, puis contesté le mandat d’arrêt européen devant la justice britannique. En juin 2012, il était entré dans l’ambassade d’Équateur pour y demander l’asile politique.
En mars 2015, les magistrats suédois s’étaient résolus à demander une audition à Londres, qui n’a pas encore pu avoir lieu en raison de complications procédurales.
« Nos efforts pour organiser une audition de Julian Assange à l’ambassade d’Équateur se poursuivent », a indiqué la procureur Marianne Ny dans le communiqué. « Début 2016, le procureur général équatorien a rejeté, pour des raisons de forme, une demande en ce sens. En mars 2016, une nouvelle demande a été envoyée à l’Équateur. Nous n’avons pas encore reçu de réponse », a-t-elle assuré.
Assange, 44 ans, redoute d’être à terme extradé aux États-Unis et d’y encourir la peine de mort, en raison de la publication par son site Wikileaks des documents secrets américains.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.