Assassinat d’Aït Ljid: Abdelali Hamieddine entendu par un juge d’instruction

Abdelali Hamieddine, membre dirigeant au Parti de la justice et du développement (PJD), a été entendu ce lundi 5 mars pendant plus d’une heure par le juge d’instruction près la Chambre criminelle de Fès dans le cadre d’une plainte directe sur sa présumée implication dans l’assassinat de l’étudiant Mohamed Benaïssa Aït El Jid en 1993.

Au terme de cette séance, le juge d’instruction a fixé au 27 mars prochain une nouvelle audition pour laquelle il a également convoqué l’auteur de la plainte et les représentants de la partie civile.

Il est à rappeler que, l’affaire remonte au 25 février 1993, lorsqu’un groupe d’étudiants appartenant au mouvement Réforme et renouveau, l’actuel PJD, et à la Jamaâ d’Al adl wal ihsan, avait arrêté un taxi transportant deux étudiants de gauche auxquels il réservait un sort dramatique: la mort pour l’un, de graves blessures pour l’autre.

Après son arrestation dans le périmètre même des lieux du crime, Abdelali Hamieddine avait déclaré aux enquêteurs qu’il appartenait à la faction estudiantine de gauche, celle de la victime, alors qu’il était plutôt connu pour faire partie des étudiants islamistes.

Hamieddine, avait été condamné en 1994 et purgé sa peine de prison de deux ans, pour «participation à une réunion séditieuse au cours de laquelle sont exercées des violences ayant entraîné la mort».

Deux autres plaintes avaient été déposées en 2011 et en 2013, la première devant le parquet de Fès, la deuxième devant le juge d’instruction. Les deux avaient été classées sans suite. Plusieurs ministres PJD en exercice et des cadres du parti lui ont apporté un soutien appuyé.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.