Au revoir Yokohama, bonjour le Benin

Par Farid Mnebhi

Quelque peu affecté par la présence d’une organisation considérée comme terroriste par Tokyo, le Ministre japonais des Affaires Etrangères, Tarō Kōno, a tenu à préciser lors de son allocution de clôture, le 30 oût 2019, que toute présence à la 7ème TICAD de toute entité que le Japon ne reconnaît pas comme État n’affecte en rien la position du Japon sur le statut de cette entité. Quelle gifle magistrale reçue par le terro-polisarien, Brahim Ghali à Yokohama.

S’agissant de la participation marocaine à la 7èmeTICAD, celle-ci a été très bonne. La délégation marocaine a multiplié les rencontres avec différents partenaires et deux grands groupes bancaires nationaux, à savoir Attijariwafa Bank (AWB) et le Groupe de la Banque Centrale Populaire (BCP) ont scellé des partenariats avec des groupes japonais. Il s’agit là d’initiative qui pourrait sans nul doute donner un grand coup de pouce à la coopération et au partenariat Maroc-Japon.

Autre point positif de la présence marocaine à cette 7ème TICAD, le long article publié, le 29 août 2019, par le quotidien japonais à grand tirage « The Japan Time » qui a mis la lumière sur le progrès et le remarquable développement réalisé par le Maroc sur toute l’étendue de son territoire.

Il a rappelé avec force le boom économique réalisé par le Maroc dans des secteurs à forte valeur ajoutée tels que l’industrie automobile et aéronautique, l’industrie des phosphates, le textile, l’industrie pharmaceutique, tout en évoquant les efforts déployés pour attirer et accompagner les investissements par le biais de l’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE).

Le quotidien a de plus souligné les opportunités d’investissement offertes par les autorités marocaines aux investisseurs dans toutes les régions du Maroc, notamment dans les provinces du Sud, mettant en avant le développement réalisé dans ces provinces dans divers domaines.

« The Japan Time » a également mis en exergue la stabilité politique dont bénéficie le Maroc, le développement de ses infrastructures, les importants plans sectoriels et le recours à l’innovation et à la technologie sont autant de facteurs qui ont fait du Royaume du Maroc une puissance économique régionale tout en mettant en avant le rôle de premier plan du Maroc en Afrique à travers des investissements et sa forte dynamique qui en font une porte de l’Afrique permettant aux entreprises d’accéder à un vaste marché de 1,5 milliard de consommateurs.

Sa proximité géographique avec l’Europe et l’Afrique lui a permis de devenir la meilleure destination d’investissement dans la région, mettant l’accent sur les avantages offerts aux partenaires japonais pour investir au Maroc a indiqué « The Japan Time ».

Le quotidien japonais a tout particulièrement rappelé que le Maroc est l’un des partenaires les plus importants du Japon en Afrique depuis 1956, soulignant que les relations économiques et commerciales entre les deux pays ont connu un développement remarquable ces dernières années.

Il a aussi fait remarquer que, depuis 2004, le nombre d’entreprises japonaises opérant au Royaume du Maroc a doublé pour atteindre 70 entités.

Qu’ont proposé ou signé les responsables algériens et les terro-polisariens ? Que dalle ! Du vent ! Ils faisaient du tourisme et du cirque dans les salons feutrés de leur hôtel à Yokohama au dos du peuple algérien et des séquestrés sahraouis marocains de Tindouf. Honte aux responsables algériens !

A la prochaine ! Mais cette fois-ci en terre africaine, au Bénin, un pays qui a toujours clamé la suspension de cette entité fantoche, qu’est la pseudo RASD, de l’Union Africaine.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.