Création à Rome de la Chambre mixte italo-arabe

Une nouvelle entité baptisée « Chambre mixte  italo-arabe » a été créée, lundi à Rome, dans le but d’impulser les relations  économiques et commerciales entre l’Italie et le monde arabe.
La création de cette nouvelle Chambre a été annoncée lors d’une cérémonie  officielle à laquelle ont pris part des représentants du gouvernement italien,  des Hommes d’Affaires et des personnalités du monde économique et des finances  des deux parties, ainsi que des diplomates accrédités à Rome, dont  l’ambassadeur du Maroc en Italie, Hassan Abouyoub.
M. Abouyoub a souligné, à cette occasion, que cette entité « a été créée avec  un statut nouveau, sur des bases nouvelles et avec un tour de table tout à fait  nouveau ».  Elle est appelée, a-t-il expliqué dans une déclaration à la MAP, à  « se substituer à l’ancienne chambre du commerce italo-arabe qui a connu une  crise de gouvernance profonde ayant duré des années et qui a poussé beaucoup de  membres arabes à quitter leurs sièges ».
Selon le diplomate marocain, l’ancienne Chambre est devenue « archaïque et  inefficace et notre souhait demeure que la nouvelle réalité décisionnelle soit  en mesure de répondre à la qualité exceptionnelle des rapports qui existent  entre l’Italie et les pays arabes, qu’on peut mesurer d’ailleurs à l’aune du  nombre historique des visites échangées entre membres de gouvernements et de  responsables de haut niveau des deux parties ».
M. Abouyoub, qui est intervenu devant les participants à cette cérémonie en  sa qualité de doyen du corps diplomatique arabe en Italie, a relevé également  que « jamais dans l’histoire des rapports du monde arabe et de l’Italie on a vu  défilé, au cours des trois dernières années, un aussi grand nombre de  personnalités de haut niveau des deux parties ». Ces échanges de visite, a-t-il  estimé, s’expliquent par « le fait simple que le marché arabe est absolument  stratégique pour l’Italie et que le partenariat avec la péninsule est  absolument stratégique pour le monde arabe ».
Après avoir rappelé les principaux domaines où les deux parties peuvent  développer leur coopération notamment dans les nouveaux secteurs porteurs de  croissance, M. Abouyoub a rappelé qu’un Conseil constitutif s’est tenu avant  l’annonce de la création de cette Chambre.
« Il s’agit du premier acte de la naissance de la nouvelle entité et notre  souhait est de parvenir à trouver très vite un terrain d’entente avec  l’ancienne Chambre afin de pouvoir régler les problèmes qui vont nécessairement  naitre si des réponses juridiques et politiques justes ne sont pas données à  cette conflictualité potentielle entre les deux organismes », a-t-il fait  observer.
Pour sa part, le président de la nouvelle Chambre, Cesare Trevisani, a fait  savoir que le principal objectif de cette nouvelle entité et de « jeter des  ponts » entre l’Italie et les pays du sud de la Méditerranée à travers  l’implication des hommes d’affaires et des investisseurs des deux parties.
La croissance économique dans les pays arabes au cours des dernières  décennies a contribué à attirer d’importants investisseurs étrangers et à créer  de nouvelles opportunités pour les entreprises italiennes, a-t-il ajouté.
Cependant, a-t-il poursuivi, force est de constater que les potentialités  de développement des affaires avec le monde arabe demeurent encore  sous-exploitées sachant que la région arabe reçoit seulement 6 pc du total des  exportations italiennes.
C’est pour cette raison, a-t-il poursuivi, que des personnalités de  différents horizons et appartenant à des secteurs aussi divers que ceux de  l’entreprises, des finances, du commerce et des assurances, ainsi que des  responsables d’organisations, telles la Ligue arabe et Confindustria, et des  ambassadeurs arabes accrédités en Italie, ont décidé de donner naissance à  cette nouvelle entité sans but lucratif appelée à devenir « un point de  rencontre entre entreprises italiennes et arabes ».
Pour sa part, le premier vice-président de la Chambre mixte italo-arabe, le  Saoudien Youssef Abdelsettar Al Maymani, a déclaré à la MAP qu’il y a une  « volonté solide » des deux parties de donner une nouvelle impulsion à leurs  relations économiques et commerciales.
M. Al Maymani a souligné que le but de la nouvelle Chambre est de  « renforcer les excellentes relations entre l’Italie et le monde arabe ». « Nous  allons veiller en tant que représentants des pays arabes à développer davantage  ces relations et de faire en sorte que les investisseurs des deux parties se  rencontrent et se connaissant davantage ».
« Les investissements réciproques et le transfert de technologies sont d’une  importance majeure pour les économies des deux parties », a-t-il dit, saluant de  passage « les efforts déployés par le Maroc depuis des années pour attirer de  nouvelles sociétés et de nouveaux investisseurs » étrangers.(MAP)




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.