Crise entre le Maroc, l’Arabie Saoudite et l’EEAU : les précisions de Bourita

Enfin, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, a décidé de réagir aux rumeurs de crise entre le Maroc et ses très puissants alliés, Ryad et Abou Dhabi. Lors d’un point de presse conjoint avec le ministre espagnol des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, M. Josep Borrell, M. Bourita qualifié d’”imprécises” les informations rapportées par des médias au sujet de la présence la semaine dernière dans le Royaume des ambassadeurs du Maroc en Arabie Saoudite et dans l’Etat des Emirats arabes unis (EEAU).

Il a, à cet égard, souligné que les informations relayées par la presse à ce sujet « n’ont aucun lien avec les traditions diplomatiques, ni avec les pratiques diplomatiques marocaines ».

Selon ces traditions, le rappel des ambassadeurs répond à des raisons précises et claires, a expliqué Bourita, précisant que dans les pratiques diplomatiques au Maroc “aucun ambassadeur n’est rappelé sans la publication d’un communiqué et sans explication de la décision”, laquelle décision est portée à l’intention du pays concerné.

Le ministre a affirmé, dans ce cadre, que les deux ambassadeurs étaient effectivement au Maroc pour prendre part à des réunions et ont rejoint leurs postes en début de semaine.

“Les relations entre le Maroc et les pays du Golfe, particulièrement l’Arabie Saoudite et l’Etat des Emirats arabes unis sont fortes, historiques et séculaires”, a tenu à préciser Bourita.

La région vit des mutations et des changements importants aussi bien au niveau interne dans certains pays qu’au niveau des relations inter-pays, a souligné le ministre, précisant que ces “mutations et changements impactent les relations avec l’entourage de ces pays et avec les autres Etats, y compris le Maroc”.

Ces “mutations objectives” ont généré plusieurs changements au niveau des relations, ce qui a conduit le Maroc, de “manière naturelle et en toute responsabilité” à tenir des réunions pour s’informer de la situation, s’y adapter et s’y préparer, surtout qu”‘il s’agit d’une région avec laquelle le Maroc n’entretient pas des relations ordinaires”, a-t-il fait noter.

Il est tout à fait naturel que les deux ambassadeurs prennent part à ces réunions consacrées à l’examen de ces mutations et l’ampleur de leurs répercussions sur les positions du Maroc à l’égard de cette région et sur ses alliances avec ses pays, a expliqué Bourita.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.