Décompensation du sucre: Akhennouch a tranché

Selon Medias24, qui a interviewé dernièrement Lahcen Daouadi, ministre des Affaires générales, la décompensation partielle (sur certains produits et pour une hausse limitée du prix) du sucre seraoit ‘’imminente’’. Cette opération portera dans un premier temps, selon lemédia dirigé par Naceureddine Elafrit, uniquement sur le sucre granulé. Les détails.

Ainsi, la signature du décret de décompensation partielle de cette seule catégorie de sucre serait « imminente ». Le contenu du décret aurait même subi des changements à plusieurs reprises. Le sucre granulé serait ainsi le seule a subir une augmentation de 40 centimes par kg, applicable en une seule fois. Il n’y aura pas d’autre hausse du sucre en 2018. Telle est la position officielle du gouvernement en ce mardi 27 février, apprend Médias24 de source sûre.

Une décision qui a été prisen selon médias24, site proche de Akhennouch, ministre de l’Agriculture et véritable chef du gouvernement, afin de préserver le pouvoir d’achat des couches défavorisées sur les produits de première nécessité. C’est la raison pour laquelle, ajoute le site, cette augmentation porte sur le sucre granulé qui, au Maroc, est essentiellement consommé par les classes moyennes et supérieures. Le médias de EL afrit reconnait également qu’il est consommé a grande échelle par les industriels.

Ainsi, le processus de décompensation du sucre, qui revient régulièrement au-devant de la scène médiatique et politique, a fait l’objet de nombreuses tergiversations en raison du caractère sensible de cette mesure et de son impact économique et social. C’est ce qui explique, le recours à l’aribitrage de Akhennouch pour le résoudre

D’ailleurs, les études d’impact sont en cours de finalisation, afin d’évaluer l’étendue des retombées économiques sur chaque maillon de la filière: agriculteur, producteurs de betterave sucrière, Cosumar, industriels et en dernier lieu consommateurs. Une chaîne de valeur dont les maillons ont parfois des intérêts contradictoires. Les décrets relatifs a cette décisions stratégiques seront signés dans une semaine ou deux.

Cette première étape du processus de décompensation du sucre fera l’objet d’un décret, dont la signature par le chef de gouvernement fictif, Saad Eddine El Othmani est ‘’imminente’’.

Le Maroc consomme annuellement 1.250.000 tonnes de sucre. Le granulé représente 55% de la consommation annuelle, dont 200.000 à 250.000 tonnes utilisée par l’industrie. Le sucre en petits morceaux ne représente que 2% de la consommation. Les 43% restants sont répartis entre le sucre en lingots et les pains de sucre. Au titre de l’exercice 2018, la Loi de Finances alloue un budget de 3,5 MMDH à la compensation du sucre, selon le dernier rapport d’activité de la Caisse de compensation.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.