El Khalfi : Le Maroc ne va pas régler la crise actuelle de la même manière que celle de Guergarate  

Le Chef de gouvernement Saâd Eddine El Othmani a réaffirmé jeudi le rejet total et catégorique du Maroc de toutes les tentatives des séparatistes de modifier le statu quo dans la zone tampon, insistant que le Royaume fera front, avec force et vigueur, à ces tentatives.

Face aux violations commises par le front des séparatistes dans la zone tampon, le Maroc a tiré la sonnette d’alarme et averti contre toute tentative à même de modifier le statu quo dans la région, a dit M. El Othmani dans une allocution à l’ouverture de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement.

Le Royaume rejette totalement et d’une façon catégorique les tentatives des séparatistes d’imposer le fait accompli dans cette zone tampon et d’y introduire des changements qu’ils soient civils, urbains ou militaires, a-t-il poursuivi, notant que cette position se fonde sur le Droit international et les conventions conclues à ce sujet.

El Othmani a exprimé, dans ce cadre, sa déception quant aux violations continues du front séparatiste à Guerguerat, soulignant que le Maroc, qui a tiré la sonnette d’alarme au sujet des violations commises ou éventuelles dans d’autres régions, notamment à Tifariti et à Bir Lahlou, a toujours veillé à l’application stricte de l’accord de cessez- le-feu de 1991 qui accorde un statut particulier à cette région et en fait une zone tampon.

Cette zone demeure, en dépit de son statut particulier, un territoire marocain, a martelé le chef du gouvernement, indiquant que le Royaume avait convenu, eu égard au contexte général de l’époque, que cette région soit érigée en zone tampon afin de réduire les tensions.

S’agissant des démarches et de la réaction du Maroc face aux dernières tentatives des séparatistes, il a fait savoir que le message adressé par SM le Roi Mohammed VI au Secrétaire général de l’ONU est « clair, explicite et fort », assurant que le gouvernement est totalement mobilisé derrière le Souverain.

Sur Hautes Instructions de SM le Roi, une mobilisation diplomatique marocaine globale a été lancée pour tirer la sonnette d’alarme sur les violations commises par les séparatistes, a poursuivi M. El Othmani.

Revenant sur le rapport présenté par le Secrétaire général de l’ONU au Conseil de sécurité relatif à la question du Sahara, le Chef du gouvernement a expliqué que « nombre de rumeurs véhiculées sur le rapport font partie de la guerre médiatique menée contre le Maroc ».

Le rapport est généralement équilibré, rend justice aux efforts du Maroc et appelle explicitement les éléments séparatistes à se retirer de Guerguerat, a-t-il ajouté.

A cet égard, M. El Othmani a réaffirmé que le Maroc demeure attaché à sa position forte, ajoutant que l’ensemble des Marocains, toutes sensibilités et orientations confondues, ont fait preuve d’une grande maturité et d’un haut esprit de patriotisme dans leur interaction avec cette question.

 

Bourita : Alger qui finance, abrite, arme et soutient le polisario a une responsabilité flagrante et directe

 

Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, a informé, jeudi, le Conseil de gouvernement des derniers développements gravissimes que connait la zone à l’Est du dispositif de défense au Sahara marocain, mettant l’accent sur le message écrit de SM le Roi Mohammed VI au Secrétaire Général de l’ONU Antonio Guterres à ce sujet.
Le ministre a relevé que le message royal remis, mercredi au siège des Nations-Unies à New York, au Secrétaire Général de l’ONU, comporte une position qui intervient de crainte que la situation à Bir Lahlou et à Tifariti ne s’enlise ou ne soit pas résolue comme c’était le cas pour Guergarate, a indiqué le ministre délégué chargé des Relations avec le parlement et la société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, dans un communiqué lu au terme de ce Conseil.
Le message royal a insisté également que l’Algérie a une responsabilité flagrante puisque c’est Alger qui finance, abrite, arme et apporte son soutien diplomatique au polisario, a-t-il dit, ajoutant que M. Bourita a relevé que c’est pour cette raison que le Royaume a appelé que l’Algérie assume sa responsabilité compte tenu de son rôle et sa responsabilité dans la création et l’entretien de ce conflit régional.
Par la suite, le Conseil a réitéré la mobilisation du gouvernement et de l’ensemble des forces vives nationales derrière SM le Roi pour défendre l’intégrité territoriale du Royaume.

 

 

El Khalfi : Le Maroc souhaite régler la situation actuelle de manière différente à celle de Guergarate

Le Maroc souhaite régler la situation actuelle à l’est du mur de défense du Sahara marocain de manière différente à celle de Guergarate, a indiqué de son côté le ministre délégué chargé des Relations avec le parlement et la société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi.
Il s’agit désormais de la construction d’installations militaires dans les zones de Bir Lahlou et Tifariti, du transfert de structures de la prétendue république et d’un changement du statut juridique et historique « à l’est du mur de défense du Sahara marocain jusqu’aux frontières », a expliqué le ministre lors d’un point de presse à l’issue de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement, notant que ces mouvements constituent une « atteinte explicite » à l’intégrité territoriale du Royaume.
Il a en outre fait savoir que les frontières avec l’Algérie constituent les frontières légales et que le mur est un « dispositif de défense sécuritaire », soulignant que l’ONU, le Conseil de sécurité et les grandes puissances sont appelés à assumer leurs responsabilités vis-à-vis de la situation actuelle et à mettre fin à cette violation, sinon « le Maroc sera obligé à prendre les décisions décisives et les mesures nécessaires pour maintenir le statu quo ».
A travers ces manœuvres, le « Polisario » entend faire de Bir Lahlou et Tifariti « des « zones d’installation permanente et un centre de ses relations officielles », a indiqué le ministre, faisant savoir que le mouvement séparatiste a écrit à l’ONU à cet égard et que des images satellites montrent ces mouvements et fournissent des preuves concrètes sur la violation du cessez le feu et de la menace à la sécurité dans la région.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.