L’association « Racine » dissoute pour avoir accueilli un débat au ton critique

La justice marocaine a ordonné la dissolution d’une association culturelle pour avoir accueilli une émission de débat au ton critique, a-t-on appris vendredi auprès de cette association.

L’association « Racine » avait hébergé dans ses locaux à Casablanca le tournage d’une émission diffusée sur Youtube, intitulée « 1 dîner 2 cons » au cours de laquelle des journalistes, artistes et intellectuels avaient décortiqué sans concession un discours du roi Mohammed VI.

Le Tribunal de première instance de Casablanca a ordonné la dissolution de « Racine », après que « le gouverneur de Casablanca a écrit au procureur pour protester contre » le tournage de cette émission, a dit à l’AFP un responsable de l’association.

« Nous attendons le jugement pour réagir et faire appel (…) il ne s’agit pas seulement de Racines, mais de la société civile en général », a affirmé cet interlocuteur qui a requis l’anonymat.

L’émission « 1 dîner 2 cons » n’a pas de lieu fixe de tournage et change d’endroit à chaque épisode. Diffusée en général tous les trois ou quatre mois, elle est suivie par plus de 27.000 abonnés sur Youtube, l’épisode en question ayant réuni plus de 450.000 vues sur la plateforme.

Le ton particulièrement osé des débats et la présence de bouteilles d’alcool sur une table avaient donné lieu à des dizaines d’articles incendiaires dans la presse locale.

Le réquisitoire du parquet, qui a « fustigé le caractère contestataire du débat », notamment « certains propos jugés attentatoires aux institutions et aux bonnes mœurs », a pesé sur le verdict, a rapporté vendredi le site d’information marocain Le Desk.

Très active au Maroc, l’association Racines oeuvre pour « l’intégration de la culture dans les politiques publiques de développement humain, social et économique ».




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.