Les jeunes juifs américains sceptiques face à la politique de Netenyahu

Les sourires et les applaudissements sont de rigueur. Une nuée d’élus du Congrès et de membres de l’administration de Donald Trump se presse, depuis le 24 mars et jusqu’au 28 mars, à la réunion annuelle à Washington de l’American Israel Public Affairs Committee (Aipac), le puissant lobby pro-israélien. Mais cette grand-messe permettant de réaffirmer la solidité des liens entre Israël et les Etats-Unis ne parviendra pas à dissiper un sentiment de malaise. Dans sa majorité, la communauté juive américaine s’éloigne d’Israël, sur un plan politique, à moins que ce ne soit l’inverse.

L’affaire est générationnelle, religieuse et politique. Ce fossé implique des blessures intimes. Un coup important a été porté en juin 2017 lorsque le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a jeté aux orties les termes d’un compromis longuement négocié. Il visait à créer une zone d’accès mixte pour les juifs réformés et conservateurs américains au mur des Lamentations, à Jérusalem. Pour ne pas s’aliéner ses alliés politiques ultraorthodoxes, qui voient dans ces mouvements des formes « dégénérées » du judaïsme, M. Nétanyahou a préféré humilier la diaspora. Thomas Friedman, du New York Times, avait alors signé une chronique amère intitulée : « Israël aux juifs américains : vous ne comptez pas ».

« Bibi » a aussi préservé le monopole du grand rabbinat sur tous les cycles de la vie juive : mariage, divorce, funérailles, conversion. Fin octobre 2018, s’exprimant devant des organisations d’Amérique du Nord, il soulignait le risque d’une « perte d’identité » du peuple juif. Mais ne négligeait-il pas les multiples déclinaisons de cette identité ?

Les jeunes juifs américains, peu sensibilisés aux conditions de la naissance d’Israël après l’Holocauste, se sentent plus étrangers à ce pays que leurs aînés, et plus décomplexés dans leurs critiques. L’Etat hébreu devient un sujet de controverses.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.