Maroc-Argentine en inamical: ni jeu, ni enjeux, que du vent

Match amical sans enjeu, Messi, Di Maria, Ziyech et Amrabet absents, le public ne sera pas au rendez-vous… tant de préjugés que les « amoureux de l’analyse avant-match » ne cessaient d’inventer et de véhiculer à tort ou à raison à l’égard de ce Maroc-Argentine ! Au au Grand Stade de Tanger et aux alentours, c’est une autre histoire. Des milliers de supporters venus d’ici et d’ailleurs, du Rouge et du Bleu partout, mais surtout un engagement physique hors norme.

L’Albiceleste pour oublier l’amertume de la défaite face au Venezuela et s’éloigner de la pression pesante de la presse locale. Les lions de l’Atlas pour confirmer les récentes belles prestations. Chacune des deux sélections a ses objectifs et ses motivations. Le chemin est unique… Contrer le vent fort et aller droit vers le but.

C’est parti ! Le coup d’envoi est donné et déjà quelques attaques, si timides soient-elles.

Sans trop de surprises, Hervé Renard a aligné une formation composée essentiellement des grands vétérans, avec Bounou à la cage, Benatia, Saiss et Da Costa à la défense centrale, Hakimi et Mazroui sur les côtés, les faiseurs de jeu, El Ahmadi, Boussoufa et Belhanda au milieu de terrain et le duo Boufal Boutayeb en attaque.

De l’autre côté, l’attaquant de la Juventus de Turin Dybala était le joueur le plus connu et suivi par le public marocain.

Parti sur le côté droit, le joueur de l’Ajax Amsterdam, Mazraoui sert Boutayeb, qui décoche une frappe. En deux temps, le portier argentin n’était pas vraiment en danger.

A la 23è minute Boufal s’infiltre sur le côté gauche et trouve à ras de terre le même Boutayeb. La conclusion n’était pas puissante, non plus bien cadrée.

En revanche, les Argentins avec un Dybala muet en pointe, essayaient de se créer des occasions mais la vigilance de la défense marocaine a su à chaque fois répondre.

La suite de la première mi-temps n’avait pas ensuite eu grand chose à raconter, sauf certaines interventions musclées et quelques petites bagarres entre les joueurs des deux équipes.

A l’entame de la deuxième période, ce sont les Marocains qui ont pris l’initiative d’aller vers les buts argentins, en l’occurrence par l’ailier virevoltant Boufal.

A partir de la 50è minute du jeu, les Bleu et Blanc vont prendre plus de risque à s’avancer vers les buts de Bounou. Une stratégie qui va se poursuivre et qui va donner ses fruits à six minutes de la fin du temps réglementaire de la rencontre. Entré en jeu à la 63è minute à la place de De Paul Rodrigo, Correa Angel va inscrire le but victorieux des Argentins.

Un score qui sera maintenu jusqu’à la fin de la rencontre, malgré les maintes occasions des Nationaux.

Une défaite difficile à avaler, mais beaucoup de leçons à en tirer.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.