Moustapha Cissé Lo salue la volonté du Maroc d’intégrer et élargir la CEDEAO   

Le président du Parlement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Moustapha Cissé Lo, a salué, vendredi à Dakhla, la volonté du Maroc d’intégrer et d’élargir l’organisation communautaire après avoir réintégré l’Union africaine (UA).

« L’accord de principe des Chefs d’Etat étant acquis, il ne reste plus que quelques réglages techniques et opérationnels » pour l’adhésion du Maroc à la CEDEAO, a souligné M. Cissé Lo lors de la cérémonie d’ouverture de la 4è édition du Forum Crans Montana qui réunit des personnalités provenant de plus d’une centaine de pays, dont 49 d’Afrique.
Il a, en outre, souligné que le forum de Crans Montana est devenu un cadre irremplaçable, une tribune d’échanges et de contacts directs avec celles et ceux qui détiennent le pouvoir politique, économique et social, notant que cette grand-messe internationale contribue également au développement de la coopération Sud-Sud, à l’amélioration de la gouvernance et des conditions de vie des populations et au rôle structurant du Maroc aux niveaux régional et international.
Ce forum entend en effet s’ériger en plate-forme internationale pour encourager les rencontres, les mises en relation et les discussions entre les officiels des pouvoirs publics et les représentants du secteur privé de l’Afrique et des organisations internationales, a-t-il dit, ajoutant que le but étant de promouvoir des partenariats et de renforcer le développement de la coopération Sud-Sud en direction de l’Afrique.
Il a, à cet égard, salué l’engagement personnel et constant de Sa Majesté le Roi Mohammed VI à conférer au Royaume une place prépondérante dans le concert des nations, notant que la tenue régulière de ce forum est la preuve de la volonté de promouvoir une culture de dialogue et de concertation pour l’approfondissement de la démocratie et de la gouvernance.
M. Cissé Lo a rappelé en ce sens l’objectif global de la CEDEAO qui est de promouvoir la coopération et l’intégration en vue de la création d’une union économique et monétaire pour favoriser la croissance économique et le développement de l’Afrique de l’Ouest, soulignant que les programmes prioritaires de la CEDEAO sont, entre autres, la promotion de la paix, la stabilité, la sécurité, le renforcement de la gestion des économies, le développement des infrastructures et de l’agriculture, la protection de l’environnement et le développement humain.
Les problèmes rencontrés par la CEDEAO dans le processus d’intégration régionale sont nombreux, a-t-il déploré, citant en particulier l’instabilité politique et la mauvaise gouvernance qui ont marqué l’histoire de nombreux pays de la sous-région, la faiblesse et la diversification insuffisante des économies nationales, l’absence d’infrastructures routières fiables, de télécommunications et d’énergie et la non implication de la société civile, du secteur privé et des mouvements de masse dans le processus d’intégration.
En dépit de ces difficultés, la CEDEAO a enregistré des progrès importants en matière de circulation des personnes, de construction des routes régionales (inter-Etats), de développement des liaisons de télécommunications entre les Etats et de maintien de la paix et la sécurité régionales.
 »Si les résultats des efforts d’intégration déployés en Afrique de l’ouest dans le cadre de la CEDEAO ont été nettement en deçà des attentes, il y a bien des signes prometteurs qui ouvrent la voie à des meilleures perspectives », a fait remarquer M. Cissé Lo, notant que les événements intervenus dernièrement dans l’ensemble de la région ouest-africaine ont contribué à lever progressivement les principaux obstacles à l’intégration, en l’occurrence l’adoption de la stratégie d’accélération du processus d’intégration de la CEDEAO et l’harmonisation des programmes de la CEDEAO et de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), dans le cadre de l’accélération du processus d’intégration en Afrique de l’ouest, et la libéralisation des marchés nationaux et du commerce extérieur.
Les États membres de la CEDEAO doivent prendre appui sur ces perspectives pour renforcer le processus d’intégration régionale et relever les défis de développement du 21ème siècle, a-t-il soutenu.
Les travaux du Forum Crans Montana (FCM), placés sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, se sont ouverts vendredi matin à Dakhla avec la participation de plus d’un millier d’invités et de responsables de haut niveau représentant plus d’une centaine de pays, outre des représentants de plusieurs organisations internationales et régionales.
D’anciens chefs d’Etat et de gouvernement, des ministres, des présidents de parlements, des décideurs, des parlementaires et des experts internationaux se sont donné rendez-vous à Dakhla pour débattre de l’avenir de l’Afrique, du développement durable, de la coopération sud-sud et des différents défis de l’Afrique à l’ère de la mondialisation.
Cette édition donnera lieu à de nombreux échanges entre hauts responsables gouvernementaux et représentants du monde des affaires, qui porteront notamment sur « la sécurité alimentaire et l’agriculture durable », « l’économie des océans et le secteur halieutique », « les énergies renouvelables et la révolution verte africaine » et « l’Afrique, terminal majeur de la route de la soie ».




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.