Oum, Natacha Atlas, Souad Massi : une nouvelle chanson arabe

La Marocaine Oum, la Franco-Algérienne Souad Massi, l’Anglo-Egyptienne Natacha Atlas: ces femmes, qui viennent chacune de publier leur nouveau disque, dessinent dans des styles très personnels les contours d’une nouvelle chanson arabe émancipée et ouverte à d’autres langages, jazz, folk ou électro.

« Il y a une vitalité, un renouvellement, une volonté d’actualiser le répertoire, un souffle nouveau, et de plus en plus d’assumation des femmes que nous sommes, une prise de conscience », a déclaré à l’AFP Oum, qui cite l’Egyptienne Dina El Wedidi, les Libanaises Yasmine Hamdan et Kamylia Joubran –productrice de son dernier disque et dénicheuse de talents–, Maryam Saleh comme faisant partie de cette mouvance.

Originaire de Marrakech, vivant à Casablanca, mariée à un Français, cette représentante d’une scène qu’elle qualifie d »alternative », défendra en concert mercredi à Paris (Café de la Danse) puis en tournée en France en novembre les compositions de « Daba » (« Maintenant »).

« Alternative, pour moi, ça veut dire une nouvelle façon de faire, de concevoir, de percevoir », estime cette artiste qui marie la tradition, les rythmes de diverses régions du Maroc, à des sonorités électroniques, une contrebasse avec un oud.

« Sur mon nouveau disque, il y a une mémoire d’un patrimoine local. Toutes les chansons, même celles où il y a des sons électro, partent d’une rythmique que vous allez forcément retrouver dans le répertoire traditionnel chez nous au Maroc », dit-elle. Mais j’ai voulu leur mettre un manteau d’électronique, avoir des choses un peu +ambiant+ pour porter les gens ».

Souad Massi, elle, poursuit dans « Oumnya » (« Mon souhait ») la quête d’un folk qui a l’accent du châabi.

« Quand j’étais jeune, j’ai été très influencée par la musique des westerns. Kenny Rodgers (chanteur de country) est le premier qui m’a marqué », se souvient Souad Massi, séduite ensuite par Tracy Chapman ou Joan Baez.

« Je faisais alors un rejet de la musique arabe et africaine », confie-t-elle. « Maintenant, j’ai mûri, et cette musique fait partie de ma culture ».

Natacha Atlas a décomplexé dans les années 90 la chanson arabo-orientale avec ses versions électro-choc, tout en arabesques, de « Au Nom de la Rose » ou « I put a spell on you ».

« Elle chantait à l’orientale, mais comme la production était anglaise, ça a donné une autre dimension, la fusion entre la musique orientale et l’électro pop », note Souad Massi.

Dans « Strange Days », son nouvel opus, Natacha Atlas s’oriente de plus en plus vers un jazz oriental, avec des alliages subtils violon oriental-trombone-trompette.

Ce qui unit aussi toutes ces chanteuses, c’est la langue. Oum chante en darija –dialecte marocain répandu–, Souad Massi en algérois, Natacha Atlas en égyptien vernaculaire quand elle ne choisit pas l’anglais. Au-delà de ces subtilités de langages, toutes se comprennent.

« Chaque pays a son dialecte, et même ses dialectes, mais l’arabe classique en est le socle, et on se comprend », explique Souad Massi.

Ces chanteuses sont aussi porteuses de revendications, abordant les thèmes des libertés individuelles, des réfugiés, du droit des femmes et des homosexuels, de façon directe ou métaphorique.

Si elles élargissent le champ des possibles et apportent une nouvelle vitalité à la chanson arabophone, ces femmes ne sont pourtant pas prophètes en leur pays.

« J’aimerais bien qu’on puisse aussi se produire chez nous », se désole Oum, la seule des trois à vivre dans son pays de naissance. « Dans mon pays je ne suis pas beaucoup diffusée, je ne correspond pas du tout à ce qui passe à la radio, du rap un peu facile, de la chanson d’amour de 2 min 50 avec deux phrases et demie ».

Toutes ont enregistré leur album hors de leurs pays, Oum à Berlin, Souad Massi à Pantin, Natacha Atlas entre Londres, la Gascogne, le Brésil et Paris.

Pour ciseler leurs textes, trouver le bel arrangement, elles ont aussi besoin de temps, dans le monde du règne de l’immédiateté.

« On m’a raconté que pour une chanson qui durait deux heures, Oum Kalthoum répétait pendant six mois avec un grand orchestre, du matin au soir », note Souad Massi. Autres temps, autres moeurs.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.