Podemos pose ses conditions, Ciudadanos s’abstiendra

« Une nouvelle Espagne est née qui met fin au système de l’alternance » entre le PP et le PSOE, s’est félicité, dimanche soir, Pablo Iglesias, tête de file de Podemos, le grand vainqueur de ce scrutin. Avec 20,6 % des voix, le parti anti-austérité est fort de 69 députés.

« Podemos ne permettra d’aucune manière un gouvernement du PP », a affirmé Pablo Iglesias lundi lors d’une conférence de presse, laissant entendre qu’il voterait lui aussi contre l’investiture de Mariano Rajoy.

Pour ce qui est d’une alliance avec la gauche, Podemos se dit ouvert à la négociation, mais a déjà posé ses conditions. Devant ses militants dimanche soir, M. Iglesias a exigé des réformes « indispensables » : « blindage des droits sociaux », en particulier celui du droit au logement ; « reforme du système électoral » ; reconnaissance du caractère « plurinational » de l’Espagne. Il s’est également montré « favorable à la tenue d’un référendum en Catalogne ». Une alliance entre Podemos et le PSOE apparaît donc difficile à former.

4835906_6_9b96_2015-12-20-b0e2b4d-svp109-spain-election-1220-1_e630c5270f62786eeba033a1e1bffdcc

Ciudadanos s’abstiendra

L’autre « faiseur de roi », le parti libéral Ciudadanos, obtient 14 % des suffrages et 40 députés. Son dirigeant Albert Rivera a déjà annoncé qu’il ne pactiserait pas avec le PP. Pas plus qu’avec le PSOE. « Nous n’allons soutenir ni M. Rajoy ni M. Sanchez », a-t-il répété dimanche soir.

Afin « d’éviter une impasse constitutionnelle » et la tenue de nouvelles élections, il préférerait s’abstenir plutôt que de voter contre l’investiture de M. Rajoy. C’est dans cette optique que Ciudadanos et le PP exhortent le PSOE à s’abstenir également, au lieu de voter contre M. Rajoy. « L’Espagne ne peut pas se permettre de devenir la Grèce. L’Espagne ne peut pas devenir un pays chaotique », a-t-il dit à la chaîne de télévision Telecinco.

Les négociations devraient être intenses durant les prochaines semaines, voire les prochains mois, pour trouver une solution à ce casse-tête et éviter que d’autres élections ne soient convoquées au printemps.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.