Torture des détenus d’Al Hoceima : démenti de la DGAPR

Les personnes détenues à la prison de Ras El Ma de Fès dans le cadre des événements d’Al Hoceima « n’ont subi aucun mauvais traitement, encore moins la torture », a indiqué la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR).

Dans une mise au point, lundi, la DGAPR explique qu’en réponse aux allégations du père du prisonnier (N.Z), détenu à la prison de Ras El Ma de Fès dans le cadre des événements d’Al Hoceima, les personnes détenues à ladite prison n’ont subi aucun mauvais traitement, encore moins la torture, indiquant, qu’au contraire, ces mêmes détenus ont agressé un certain nombre de fonctionnaires de l’établissement pénitentiaire et refusé d’obéir les ordres de gagner leurs cellules.

Au vu de ces infractions qu’ils ont commises et afin de préserver la sécurité de l’établissement et de ses pensionnaires, des mesures disciplinaires ont été prises à leur encontre en procédant à leur transfert vers d’autres quartiers du même établissement ou vers d’autres établissements pénitentiaires, tout en les plaçant dans des cellules disciplinaires, ajoute la même source.

Au moment où le père a allégué que son fils est jusqu’à présent sous la torture, ce dernier était en pleine conversation téléphonique avec ses avocats, ce qui prouve que les allégations publiées relèvent du mensonge et de la calomnie.

Le père du détenu (N.Z) fait des événements d’Al Hoceima un fonds de commerce exploitant, ainsi et de manière flagrante la situation de plusieurs détenus dans le cadre de ces événements ainsi que des conditions de leurs familles, a déploré la DGAPR.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.