Un leader de gauche de premier plan : trois riches marocains possèdent plus de 4,5 milliards de dollars

Un parlementaire  du PPS  à la Chambre des Conseillers lance une pierre dans la mare. Il n’a pas hésité  a déclaré que la croissance au Maroc avait profité principalement à quelques personnes fortunées. Ainsi, a-t-il rapporté, seuls trois marocains puissants disposent de 4,5 milliards de dollars, soit 44 milliards de Dirhams, et que leur richesse augmente chaque année de l’équivalent de la consommation de 375 000 Marocains parmi les plus pauvres au cours.

« Le taux de dépense annuel par habitant est passé d’environ 10 000 à plus de 15 000 dirhams par habitant », a déclaré Abdellatif Ouaammou, qui est également membre du Comité central du parti du Livre, lors d’une conférence parlementaire consacrée au  programme de lutte contre les disparités sociales et spatiales.  » Un Marocain sur deux, gagne moins de 11 589 dhs par an (soit environ 966 dirhams par mois). Ce revenu est beaucoup plus faible dans les zones rurales, où la moitié de la population gagne  moins de 8 678 dirhams en moyenne par an, contre 14 270 dirhams dans les zones urbaines.

Le leader progressiste a ajouté que « plus de 1,6 million de personnes sont pauvres, c’est-à-dire incapables de se procurer  suffisamment de nourriture et de produits de première nécessité; 4,2 millions de personnes sont toujours vulnérables, elles restent vulnérables à la pauvreté à tout moment et 1,7 million de Marocains (Environ 28% des jeunes âgés de 15 à 24 ans) n’ont pas de travail en dehors de l’école, d’une formation ou d’une formation professionnelle, et 80% d’entre eux sont des femmes. Alors que 80% des jeunes qui réussissent à trouver un emploi dans des emplois non formels et informels sont employés par 8 travailleurs sur 10 et en dehors du cadre de la couverture médicale et sociale, ainsi que du déni des droits syndicaux. Quelque 22% des travailleurs ne perçoivent pas de salaire (travailleurs domestiques, assistants familiaux et stagiaires dans le secteur agricole, bien que la couverture sanitaire soit élevée mais toujours très faible et liée au niveau de vie, 36% de la population). Les Marocains n’ont pas les mêmes possibilités d’accéder aux services de proximité dans le secteur de la santé: il n’y a que 6,2 médecins pour 10 000 habitants au Maroc, contre 12 en Algérie et en Tunisie et 37,1 en Espagne.

Et d’ajouter qu’environ un tiers de la population est analphabète et le pourcentage de femmes dans les zones rurales peut atteindre 60%, tandis que le taux de scolarisation des filles est passé à environ 90%, a déclaré Ouaamou. Les filles sont maintenant scolarisées au même titre que les garçons dans les écoles primaires et sont en augmentation dans tous les cycles de scolarité, mais le taux d’abandon scolaire des filles reste élevé dans les écoles secondaires et supérieures. L’ancien bâtonnier d’Agadir a ajouté à cet égard que « l’inégalité dans l’accès aux services éducatifs avec des conséquences importantes Comme l’inégalité des chances en matière d’éducation et de formation contribue pour 26,4% à l’inégalité des revenus par habitant et des ménages. Le système d’éducation et de formation constitue la principale source d’inégalité des chances, selon une étude du Haut-commissariat au plan ».

Il a donné un certain nombre de chiffres officiels qui donnent le tournis. Ainsi, nous apprend Ouammou, 31,3% (environ un tiers des causes d’inégalité) étaient liés au niveau de scolarisation du chef de ménage. En moyenne, les citoyens marocains passent environ quatre ans et demi (4,4 ans) à l’école, soit deux ans de moins que la moyenne arabe (6,3 ans) et trois ans de moins que la moyenne mondiale (7,7 ans).

Il a décrit ce qui se passe dans le domaine de l’éducation comme « un fossé énorme dans notre système éducatif qui alimente les différences et accroît la pauvreté et la vulnérabilité. Selon une enquête menée en 2014, près de la moitié des Marocains pensent que l’éducation est le principal problème du pays et 70% des personnes interrogées ont indiqué que l’éducation était l’une des trois priorités principales du développement.

« La faiblesse des indicateurs de gouvernance, y compris le manque de transparence, de responsabilité et de contrôle, a un coût économique de 1,5 à 2% du produit intérieur brut du Maroc et reste une source de méfiance envers les institutions en général, dans un environnement de  disparités alimentées par les inégalités et qui renforcent les foyers de pauvreté et de vulnérabilité ».

Les rapports du Haut-commissaire à la planification (HCP) indiquent que l’impact de la réduction des disparités sur la réduction de la pauvreté est plus efficace que l’impact d’indicateurs de croissance plus élevés. Selon les estimations du HCP, une réduction de 1% des inégalités entraînerait une réduction de 5,9% de la pauvreté, alors que ce ne serait que de 2,9% si on compte uniquement sur  la croissance.

Afin de réduire les disparités, Ouammou a appelé à « une répartition équitable de la richesse et à la mise en place d’un état de droit, facilitant un accès juste et décent au marché du travail pour les femmes et les jeunes, en adoptant un système fiscale progressive, juste et équitable et en luttant contre l’évasion fiscale. Améliorer le niveau des services d’éducation et de couverture sanitaire et médicale, réduire les disparités salariales, améliorer la gouvernance territoriale par la responsabilisation et la transparence, l’accès à l’information et promouvoir la participation de la société civile. « 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.