Un migrant irakien jugé pour un meurtre qui a choqué l’Allemagne

Un Irakien débouté de sa demande d’asile est jugé à partir de mardi pour le meurtre d’une adolescente allemande, une affaire qui a suscité un vif émoi et dont l’extrême droite s’est emparée pour dénoncer les migrants.

Selon le parquet, Ali Bashar, 22 ans, a tué le 23 mai dernier Susanna Feldmann, 14 ans, après l’avoir violée. Il est également accusé de viols répétés sur une enfant de 11 ans, crimes pour lesquels il sera jugé à compter du 19 mars.

Son cas est l’un de ces faits divers dont le parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD) s’est saisi pour dénoncer la politique d’accueil des migrants de la chancelière Angela Merkel en 2015 et 2016, années où plus d’un million d’entre eux sont arrivés dans le pays. Parmi eux Ali Bashar.

Car l’AfD, qui a fait une entrée tonitruante au parlement allemand en septembre 2017 en surfant sur les inquiétudes de l’opinion face à l’immigration, se mobilise.

Elle a multiplié les campagnes présentant les réfugiés arabes et musulmans comme des criminels menaçant les Allemandes.

L’AfD avance les uns après les autres tous les cas de violences contre des femmes par des étrangers, avec comme étendard principal l’exemple des centaines d’agressions sexuelles en série commises la nuit du Nouvel an 2015-2016 à Cologne, pour lesquelles à ce jour seules trois personnes ont été condamnées en justice.

En août dernier, c’est aussi le meurtre d’un Allemand par un réfugié syrien en Saxe, un bastion de l’AfD, qui a fait les gros titres. Peu après, des manifestations à l’appel de divers groupes d’extrême droite ont dégénéré en violences et en « chasses à l’étranger », selon les mots d’Angela Merkel.

L’affaire Susanna Feldmann, dont le corps avait été retrouvé trois semaines après sa mort, a fait d’autant plus de bruit que l’auteur présumé avait pu fuir vers l’Irak avec toute sa famille sans être inquiété.

Ali Bashar a finalement été livré quelques jours plus tard au chef de la police fédérale allemande, venu spécialement au Kurdistan irakien pour négocier cette remise.

Son cas est aussi symptomatique des dysfonctionnements en Allemagne des institutions en charge de la gestion des demandes d’asile et des expulsions. Elles sont complètement débordées par l’afflux des années 2015-2016.

Si l’accusé et ses proches s’étaient vu refuser l’asile, ils n’ont pas été expulsés en attendant l’examen de leur appel. Mais celui-ci a pris du retard, le tribunal administratif de Wiesbaden devant gérer plus de 6.000 dossiers de ce type à ce moment-là.

Pourtant, Ali Bashar était bien connu de la police. Au printemps 2018, avant la mort de Susanna, il faisait l’objet d’enquêtes pour vol, viol et pour avoir craché sur un policier.

L’ouverture de son procès intervient quelques jours après le meurtre d’une jeune Allemande de 21 ans à Worms, poignardée par son conjoint, un demandeur d’asile tunisien débouté. Là aussi, l’AfD a mis en avant la responsabilité supposée du gouvernement de grande coalition (GroKo) d’Angela Merkel.

« Ce n’est pas +l’extrême droite+ qui pose problème, mais c’est l’immigration armée de couteaux de la GroKo qui commet toujours plus d’actes sanglants », martelait jeudi le parti sur l’une de ses pages officielles.

Le parti d’extrême droite a appelé à une veillée mardi à Worms, et des mouvements antiracistes ont appelé à un contre-rassemblement.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.