Informer sans parti pris

Au hall du siège national du PPS : Aicha Bourhaitate expose son « Ode à la terre »

3 min read

« Ode à la terre » est le thème de l’exposition de l’artiste peintre Aicha Bourhaitate qui a investi le hall du siège national du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) pour exposer et dévoiler ses dernières peintures.

En effet, le vernissage de l’exposition qui a eu lieu vendredi 27 juillet au siège national du parti à Rabat a été marqué par la présence du secrétaire général du (PPS), Mohamed Nabil Benabdellah, de certains cadres du parti, des artistes ainsi que des passionnés de peinture et des amis de l’artiste. Dans une ambiance décontractée, l’artiste a échangé avec le secrétaire général et le public autour de sa démarche artistique et ses tableaux.

«Ode à la terre» !  Joli titre, un poème lyrique invitant à un voyage pictural dans le monde de la beauté, d’un passé où tout était, raconte-t-on, était authentique. Les tableaux de l’artiste se remémore ce Maroc ancré et enraciné dans sa terre, sa culture, ses rites, ses mœurs et traditions.

3

Chaque tableau remonte le temps pour nous faire vivre ce Maroc d’antan. En revanche, l’artiste envoûte le méditant dans un univers singulier où tout est terre, tout est originel : les portes, les lieux, les ruelles, les personnages, les remparts… on ressent à vrai dire un vent nostalgique qui descend de l’œuvre vers l’œil.

Par ailleurs, ces flèches brûlantes de la mémoire renouent dans les tréfonds du soi cet attachement au passé, aux souvenirs, à la terre.

« J’ai fait mes études à l’Institut National des Beaux-Arts. La peinture était toujours là, elle m’a toujours accompagnée et habitée. La peinture me permet de révéler ma vision vis-à-vis des choses. », nous confié Aicha Bourhaitate lors du vernissage de l’exposition.  Je travaillais, dit-elle, sur certaines choses au Maroc qui sont en voie de disparition, des choses qui ont changé avec le temps.

Quelles sont alors les sources d’inspiration de l’artiste ? « J’ai puisé mon travail dans des choses qui nous a beaucoup marquées et qui ont meublées notre imaginaire. J’ai commencé par la terre qui représente l’homme, le patrimoine, l’identité… », explique-t-elle.

Ainsi, parmi les points forts du travail de l’artiste : maîtrise parfaite de la technique. «À l’école de beaux-arts, je faisais le graphisme qui demande une finesse et une précision. Donc je m’intéresse beaucoup aux petits détails les plus minutieux. En d’autres mots, ce sont ces petits détails qui nous dévoilent les grandes choses, les plus belles bien évidement.», conclut-elle.

Par ailleurs, le choix des couleurs n’est pas anodin. Il reflète le thème sur lequel travaille l’artiste : la terre. Il faut le rappeler, Aicha travaille avec la fine poudre de noix naturelle en intégrant quelques couleurs pour donner plus de vie à la toile.

Cette couleur habite l’imaginaire créatif de l’artiste, elle donne à ses tableaux une singularité particulière. Seule cette couleur est capable de faire rêver le méditant, de lui apporter de la chaleur, de le fait voyager dans les ruelles du passé et l’inscrire dans cet esprit des lieux. Tout est dans la couleur. Les murs et les portes portent une histoire, des histoires marocaines tout simplement. Une exposition à ne pas rater !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.