Biodiversité : 450 MDH pour la mise en œuvre du programme décennal 2015-2024

Le Maroc a célébré les 21 et 22 mai 2015, à Dakhla, la journée internationale de la biodiversité, placée cette année sous le thème : «Biodiversité pour le développement durable». C’était aussi l’occasion pour le Haut commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification (HCEFLCD) de présenter son bilan en matière de conservation de la biodiversité relatif au programme décennal 2015-2024 dont la mise en œuvre nécessite une enveloppe de 450 MDH déjà budgétisée. Deux principaux objectifs sont poursuivis.

Le premier porte sur la conservation et la valorisation de la biodiversité à travers la classification de 25 sites d’intérêt biologique et écologique selon la loi sur les aires protégées, la création de comités de gestion et le développement de l’activité économique. Le second concerne l’inversion de la tendance de dégradation de la biodiversité par l’inventaire et le suivi des espèces de faune et de flore menacées d’extinction et leur conservation dans leur territoire d’origine ou en dehors, la mise en œuvre de plans de réintroduction des espèces menacées dans leurs habitats naturels et la promotion de l’éducation environnementale.

C’est d’ailleurs dans cette optique que le HCEFLCD a choisi les provinces de Dakhla et Aoussred pour tenir, dans le cadre de la célébration de la journée internationale, deux journées d’études sur la «conservation de la biodiversité dans les régions sud». Cette manifestation coïncidait avec la première opération de mise en liberté de 26 gazelles dama mohr après une période d’acclimatation dans la réserve de Safia (province d’Aoussred) qui abrite un projet de réintroduction de la faune saharienne lancé en 2006.

Parmi les premiers pays signataires de la Convention sur la diversité biologique en 1992, le Maroc a entrepris depuis des actions pour la protection de son patrimoine naturel, l’un des plus diversifiés et des plus riches de la région méditerranéenne. Le Royaume compte une quarantaine d’écosystèmes terrestres identifiés abritant plus de 4000 plantes vasculaires, près de 550 espèces de vertébrés et des milliers d’invertébrés.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.