Cinéma européen : Costa Gavras, à la rencontre des étudiants marocains

6 min read

Le grand maître du cinéma européen, Costa Gavras, a participé, vendredi dans la cité ocre, à une master class dédiée aux étudiants en cinéma de l’Ecole Supérieure des Arts Visuels à Marrakech (ESAV) et de l’Université Cadi Ayyad, qui ont eu la chance d’échanger avec une figure de proue de l’histoire cinématographique française et internationale et ce, dans le cadre de la 27ème édition des Semaines du film européen au Maroc.

Pendant deux bonnes heures, le cinéaste franco-grec, qui s’est s’affirmé avec une vague de thrillers historiques et politiques sensibles et audacieux, a plongé les étudiants et les cinéphiles dans un voyage au cœur de sa riche expérience cinématographique.

Lors de cette rencontre, il a notamment parlé de son dernier film « Adults in the Room » et de ses œuvres, son cinéma, son style, son regard, ses méthodes de mise en scène et de ses choix des thématiques.

A cette occasion, Gavras s’est dit très heureux de prendre part à ce débat constructif et d’échanger avec les étudiants marocains autour de l’art cinématographique et de ses techniques, évoquant ses années d’études, son arrivée en France, ses débuts et la nouvelle vague, ce mouvement du cinéma français né à la fin des années 1950.

« Cette rencontre avec les étudiants m’intéresse énormément car j’étais moi-même étudiant en cinéma, et je demeure nostalgique à cette époque qui m’a beaucoup marquée », a-t-il noté.

« Je suis présent aujourd’hui pour écouter les étudiants et découvrir leur sensibilité et leur vision par rapport au cinéma, une vision qui correspond à leur âge et leur période historique qui est différente de la mienne. Je suis là pour parler mais aussi écouter », a-t-il ajouté.

Sur son dernier opus, « Adults in the Room », une adaptation du best-seller de Yanis Varoufakis sur la crise grecque, qui a été projeté, jeudi soir au cinéma le Colisée de Marrakech, Gavras s’est dit impressionné par le grand intérêt porté par le public marocain à ce film et au sujet traité.

« Les gens étaient très intéressés, ils sont restés jusqu’à la fin de la projection afin de discuter autour de ce film très particulier qui livre une réflexion profonde sur la crise grecque. La spécificité de ce film c’est qu’il renferme des éléments qui peuvent toucher l’ensemble des pays, tels la crise économique, la situation de l’Europe… », a-t-il expliqué.

Par ailleurs, il a souligné que le cinéma marocain est en « constante évolution », exprimant son admiration à plusieurs metteurs en scène marocains et mettant en avant l’importance accordée par le Royaume à l’industrie cinématographique.

Sur le Festival International du Film de Marrakech, il a souligné que cette manifestation culturelle d’envergure est devenue un rendez-vous incontournable du cinéma international, ajoutant qu’il a participé deux fois au Festival en tant que membre de la délégation française.

Concernant les Semaines du film européen au Maroc, il a relevé que c’est une « très belle initiative » pour promouvoir le film européen, rapprocher le public marocain de ce type de cinéma et faire découvrir les différentes facettes de la société européenne.

De son côté, le directeur général de l’ESAV, Vincent Melilli, a noté que cette rencontre se veut une séance d’échange et d’analyse d’extraits choisis par les étudiants avec le grand cinéaste Costa Gavras.

« Accueillir dans une école de cinéma, pour les étudiants du cinéma, un réalisateur de cette envergure est vraiment une réelle chance et une grande opportunité à saisir », s’est-il félicité.

Sur le choix de ce cinéaste, il a précisé que Costa Gavras est tout à fait dans l’actualité dans la mesure où son film sort de manière internationale cette semaine.

« Il s’agit d’un cinéaste exceptionnel, qui a fait une très belle carrière. A travers son cinéma très engagé politiquement, Gavras a fait le suivi des moments et des périodes les plus marquants de la scène politique, notamment son film « Z » qui évoque la Grèce sous la dictatures des colonels », a-t-il fait observer.

Quant au son dernier long métrage, il raconte ce qu’a vécu la Grèce récemment dans ses négociations avec la Commission européenne et retrace le combat du gouvernement grec pour obtenir la suppression de la dette contractée auprès de la Commission. « C’est un film très intéressant, passionnant et constructif, représenté comme une tragédie grecque », a-t-il poursuivi.

Pour sa part, le professeur de cinéma à l’ESAV et coordinateur des événements ciné-culturels, Roland Carrée, a relevé que Costa Gavras est un grand réalisateur qui a fait une quantité innombrable de films et qui est actuellement entrain de présenter dans le monde entier son dernier film « Adults in the Room », ce qui explique la tenue de cette rencontre afin de tirer profit de son expérience importante.

Cette master class animée par les étudiants qui ont regardé pratiquement l’ensemble des films de Gavras, permettra de discuter de son art et de commenter certains de ses œuvres qui ont connu un grand succès. Il s’agit d’un débat par et pour les étudiants, a-t-il ajouté.

Né en Grèce le 13 février 1933, Costa Gavras a quitté le pays à l’âge de 22 ans pour étudier à Paris en tant que migrant économique. Il intégra alors l’université de la Sorbonne avant d’être admis à l’Institut des Hautes Etudes Cinématographiques (IDHEC). Son diplôme en poche, il travailla en tant qu’assistant réalisateur auprès de grands réalisateurs.

En 1965, il réalise son premier long-métrage « Compartiment Tueurs ». Ses films suivants remporteront un vif succès. « Z » obtient deux Oscars en 1969, deux prix au Festival de Cannes et des douzaines d’autres. A travers ses films politiques, Costa Gavras s’est attaqué aux questions brûlantes de l’époque en travaillant entre la France et les Etats-Unis.

Il a réalisé 20 films, dont « Un homme de trop », « Section Spéciale », « Porté Disparu » (Palme d’Or et Prix d’interprétation masculine pour Jack Lemmon au Festival de Cannes 1982), « Hanna K », « La Main droite du diable », « L’Aveu », « Etat de Siège », « Clair de femme », « Conseil de famille », « La petite apocalypse », « Mad City », « Music Box », « Amen », « Le Couperet », « Eden à l’Ouest », « Le capital » et bien d’autres.

Après Marrakech, « Adults in the Room » sera projeté en version originale sous-titrée en français lors de la 27ème édition des Semaines du Film Européen le 16 novembre au cinéma Rif à Casablanca, le 20 novembre au cinéma Rif à Tanger et le 29 courant au cinéma Renaissance à Rabat.

Cette année, les Semaines du Film Européen reviennent avec une programmation de 8 longs métrages ayant été sélectionnés ou primés dans les festivals et les manifestations cinématographiques internationales les plus prestigieuses, ainsi que trois courts métrages du Sud de la Méditerranée.

Cette édition sera également l’occasion de faire découvrir au public marocain de grands succès européens, à travers le regard de cinéastes de renom sur une Europe de diversité, tels que Ken Loach, Marco Bellocchio, Costa Gavras, Rodrigo Sorogoyen, Gustav Möller, Hlynur Palmason ou encore Nora Fingscheidt.

Les Semaines du Film Européen sont organisées depuis 1991 par l’Union Européenne au Maroc, en collaboration avec les ambassades et instituts culturels des Etats membres de l’UE, et en partenariat avec le Centre cinématographique marocain, l’Ecole supérieure des arts visuels de Marrakech, le cinéma Le Colisée (Marrakech), la Cinémathèque de Tanger, le cinéma Rif (Casablanca) et le cinéma Renaissance (Rabat).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.