Informer sans parti pris

Disparités sociales et territoriales : Laftit veut revoir certains projets

2 min read

Certains projets du programme de réduction des disparités territoriales et sociales (PRDTS) doivent être reconsidérés en ce sens qu’ils ne répondent pas pleinement aux attentes de la population, a affirmé mardi à Rabat le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit.

En réponse à une question orale à la Chambre des conseillers présentée par le groupe Haraki, le ministre a rappelé qu’une réunion a été tenue récemment avec les commissions en charge de la supervision du PRDTS dans les zones rurales afin de revoir un certain nombre de projets dans l’optique d’une mise en œuvre plus efficace.

Le programme, a-t-il expliqué, prévoit des projets de désenclavement dans le monde rural et d’amélioration du raccordement au réseau routier (35 milliards DH), d’approvisionnement en eau potable (6,4 milliards), de généralisation de l’électricité (2,3 milliards), d’amélioration de l’offre de soins (1,5 milliard); d’enseignement (4,4 milliards). Les crédits alloués à ce programme au titre des années 2017, 2018 et 2019 ont atteint 22,45 milliards de DH, a précisé M. Laftit.

Il a en outre rappelé que le programme de réduction des disparités territoriales et sociales en milieu rural a été lancé en application des Hautes directives royales pour un budget global de 50 milliards de DH. Le programme, a-t-il poursuivi, est financé grâce aux contributions du Fonds du développement agricole et des zones de montagne à hauteur de 47%, des conseils régionaux (40%), de l’Initiative nationale pour le développement humain (8%) et de l’Office national de l’électricité et l’eau potable (5%).

S’étalant sur la période 2017-2023, le PRDTS vise principalement le désenclavement des zones rurales et de montagne par la construction de routes et de voies en vue d’améliorer la qualité et les conditions de vie des populations.

Il tend aussi vers l’amélioration et la généralisation de l’accès aux services de base : eau, électricité, santé et éducation, mais aussi à mettre en place les conditions requises pour valoriser et renforcer le potentiel économique des régions rurales et de montagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.