Informer sans parti pris

Faillite de Thomas Cook : cellule de crise au ministère du Tourisme

3 min read

Une cellule de crise a été créée, lundi matin, au ministère du Tourisme afin de suivre et d’encadrer le rapatriement des milliers de clients du plus ancien Tour Opérateur d’Europe Thomas Cook, qui vient d’annoncer sa faillite.
Cette cellule comporte des cadres du ministère ainsi que les professionnels de la Confédération nationale du tourisme (CNT) et les équipes de l’Office national marocain du tourisme (ONMT), indique un communiqué du ministère.
Les délégations du ministère du Tourisme dans toutes les régions du Maroc ainsi que les délégations de l’ONMT ont été mises à contribution pour encadrer cette opération et faire remonter le maximum d’informations au niveau central pour que cette opération se passe dans les meilleures conditions, fait savoir la même source.
“Partenaire historique de l’Office national marocain du tourisme, Thomas Cook est présent au Maroc depuis plusieurs décennies. Cependant, tout comme d’autres opérateurs touristiques classiques, Thomas Cook a vu ses parts de marché au Maroc se rétrécir année après année, au profit des nouveaux entrants à cause notamment de la floraison des tour-opérateurs « online », indique de son côté l’ONMT dans un communiqué.
“Malgré cela, Thomas Cook figurait parmi les principaux acteurs du tourisme international au Maroc. Son objectif contractuel avec l’ONMT était chiffré à 102.000 clients tous marchés confondus en 2019, avec la mise en place en propre de 50.000 sièges aériens charters dédiés exclusivement à sa clientèle britannique et belge”, précise l’Office.
“L’arrêt d’exploitation de Thomas Cook prenant effet le 23 septembre met donc fin à ce contrat et ce sont quelques milliers de clients que cette situation risque de faire perdre au Maroc pour cette année 2019, puisqu’à date, le voyagiste avait déjà réalisé 60% de ses objectifs en termes de clients et 90% des objectifs de sièges aériens”, estime l’ONMT. Plus précisément, le Maroc perdrait selon ces chiffres de l’ONMT, 40% de 102.000 clients, soit près de 41.000. Pour ce qui concerne les sièges aériens, le même calcul donne 5.000 sièges en moins.
“Au-delà de ces objectifs commerciaux, l’ONMT utilise ces grandes marques de la distribution touristique pour communiquer sur les différentes destinations marocaines en direction des touristes potentiels des marchés sources. En 2019, des communications conjointes ont ainsi été réalisées avec Thomas Cook sur les marchés britanniques, allemands, belges ou encore français à travers la marque Jet tours”, ajoute l’ONMT.
“Aujourd’hui, compte tenu de la situation, l’ONMT, comme tout acteur du tourisme dans le monde, est attristé de voir disparaitre le pionnier universel du voyage packagé, mais demeure confiant sur la résilience de la destination Maroc à travers le développement de l’activité des Compagnies aériennes et celle des autres Tour-Opérateurs, qu’ils soient classiques ou en ligne”.
“L’office est également en train de prendre contact avec les hôteliers réceptifs de Thomas Cook pour étudier, ensemble, les plans d’actions qui s’imposent pour récupérer les parts de marché perdues”.
“Pour rappel, à fin Juillet 2019, les arrivées de touristes étrangers au Maroc enregistrent une hausse de +8.3%. La majorité des marchés étant au vert. Les marchés traditionnels de Thomas Cook sur le Maroc sont aussi en croissance : France +10%, Allemagne +9%, Royaume Uni 8% et Belgique +9%”, conclut l’ONMT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.