Informer sans parti pris

L’Algérie face à une impressionnante crise économique

3 min read
Par Farid Mnebhi

Si le prix du baril de pétrole avoisine aujourd’hui  les 60 dollars le baril, celui-ci pourrait caresser les 30 dollars dans un futur très proche si la crise sino-américaine n’est pas résolue.

A ce prix du baril, il faudrait s’attendre à des répercussions dramatiques sur les équilibres budgétaires de l’économie algérienne et plonger le pays dans une crise sans précédent au regard de sa totale dépendance des recettes pétrolières. Déjà, la croissance globale du PIB de l’Algérie a atteint 1,5% au 1er trimestre 2019, la plus faible performance globale réalisée ces 20 dernières années.

Avec un déficit commercial à l’orée d’une syncope chronique, le déficit de la balance commerciale de l’Algérie s’est lourdement creusé pour atteindre les 3,18 milliards de dollars durant le 1er semestre 2019, contre un déficit de 2,84 milliards de dollars à la même période en 2018.

Pour ce qui est des exportations, celles-ci ont également chuté dans le même temps de près de 7% pour clignoter à 18,96 milliards de dollars durant le 1er semestre de l’année en cours, contre 20,29 milliards de dollars durant les premiers six mois de 2018.

Quant aux recettes des hydrocarbures, qui constituent l’essentiel des ventes à l’étranger et des revenus de l’Algérie, elles s’élèvent, au 30 juin 2019, à 17,65 milliards de dollars contre 18,84 milliards de dollars pour la même période en 2018, soit une contre-performance des plus inquiétante.

Une contre-performance qui auras, bien entendu, des répercussions sur les entreprises algériennes et étrangères tous secteurs confondus en raison d’une baisse sensible de leur activité et faible réduction de leurs profits et pour nombre d’entre-elles de fortes pertes dans un très proche avenir.

Une situation qui aggravera le taux de chômage, déjà élevé en Algérie, et qui aura un grave impact sur les salariés, le coût de la vie quotidienne, les soins médicaux, l’enseignement et le logement entre autres.

Quant au généralissime Ahmed Gaïd Salah, régent unique autoproclamé de l’Algérie, devenu susceptible et irascible, il n’en fait qu’à sa tête de linotte. Il n’a cure des problèmes qui secouent son pays et qui touchent de plein fouet le peuple algérien. Un parfait ignorant des affaires d’Etat, économiques, sociales et encore plus militaires mais pas celles des affaires de gros sous.

Gaïd Salah a-t-il oublié que l’armée doit restée dans les casernes, défendre les frontières et la souveraineté du pays en obéissant aux ordres du pouvoir civil légal ? Au regard de ce qui se passe en Algérie depuis son indépendance en 1962, on peut affirmer que oui !

Un casernement de l’armée algérienne s’impose donc en Algérie avec interdiction qu’elle s’occupe de la chose politique. Le peuple algérien n’en sera que plus heureux d’avoir recouvrer son indépendance usurpée par ces militaires gâteux et ce, de Boumedienne à Gaïd Salah.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.