Informer sans parti pris

Latifa Elouadrhiri répond à la journaliste Lizzie Gibney à propos des dernières recherches de son équipe sur l’intérieur du proton.

2 min read

 

 

Interview réalisée par Lizzie Gibney

Question : Dans notre étude publiée dans le magazine « Nature », on parle beaucoup de matière noire. Mais qu’en est-il de la vieille matière ordinaire ? Il peut ne représenter que 15% du matériel dans l’univers, mais c’est une partie très importante. Après tout, cela fait tout ce que nous pouvons voir, des étoiles vers nous. Et même si elle est visible, elle cache encore beaucoup de mystères. La majeure partie de la matière dans l’univers est constituée de protons. Mais qu’est-ce qui fait le proton? C’est là que les choses deviennent un peu floues. Les protons sont beaucoup trop petits pour être vus au microscope – environ 100 000 fois plus petits qu’un atome. Ainsi, les physiciens étudient les protons en leur envoyant des électrons de haute énergie. Ces expériences montrent que chaque proton doit être constitué de particules fondamentales : trois quarks, maintenus ensemble par la force nucléaire forte.
Mais les scientifiques ne savent pas grand-chose sur la disposition des quarks en 3D ou sur les propriétés mécaniques du proton. Ce n’est que maintenant que les physiciens développent des techniques leur permettant de sonder l’intérieur du proton : la particule essentielle à tout ce qui se trouve sur terre. Pour expliquer comment, j’ai parlé à la physicienne Latifa Elouadrhiri, qui a expliqué comment les techniques pour étudier le proton ont évolué.

Réponse de Latifa Elouadrhiri

Avant les années 90, nous ne pouvions étudier que la structure unidimensionnelle du proton. Et dans les années 90, il y a eu des développements d’un nouveau formalisme qui nous ont permis de relier les processus électromagnétiques à la structure tridimensionnelle du proton. Permettez-moi de faire une simple analogie – alors ce que nous avons fait avant les années 90 et 00, c’est comme si nous voulions étudier le cœur, et nous l’étudions par électrographe, processus qui consiste simplement à enregistrer l’activité électrique du cœur. Cela nous donne une structure unidimensionnelle qui nous en dit long sur le coeur, mais pas tout. Maintenant, avec le cœur, nous avons la technologie médicale d’imagerie 3D qui permet maintenant aux médecins d’apprendre plus de manière précise sur la structure du cœur. Et c’est ce que nous voulons atteindre avec cette nouvelle génération d’expériences.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.