Informer sans parti pris

Le cri de désespoir d’Anouar Boukharsa

2 min read

Un ex-champion marocain de taekwondo est apparu dans une vidéo le montrant à bord d’une « Pateras », -embarcation de fortune -, en route pour l’Espagne, suscitant une salve de réactions sur le « désespoir » de la jeunesse marocaine.

La vidéo d’à peine sept secondes a été mise en ligne mercredi sur Youtube. Elle montre Anouar Boukharsa, ancien champion taekwondo des moins de 63 kg, à bord d’un bateau de fortune, entouré d’autres candidats à l’exil. Face caméra, il jette sa médaille en mer et fait le signe V avec sa main. Interrogé par des médias locaux, il a dit être parti de Safi vers l’archipel espagnoles des Canaries, avec une trentaine de candidats.

« Nous avons vu la mort en face. Mais après quatre jours en mer, nous sommes arrivés à Lanzarote », île des Canaries, a-t-il confié au site d’information Al3omk. « J’étais victime de +horga+ et de négligence (…). Je souhaite poursuivre ma carrière sportive en Espagne », a-t-il dit.

Âgé de 26 ans, il a remporté le championnat national de taekwondo chez les juniors en 2011, et, en 2017, la médaille d’argent au championnat national des moins de 63 kg, selon des informations auprès de la fédération marocaine de taekwondo.

Son histoire a été largement relayée par les médias et sur les réseaux sociaux, qui rappelle des cas similaires: il y a quelques jours, un ancien espoir du football marocain, également originaire de Safi était ainsi apparu sur une photo à bord d’une embarcation clandestine.

Début 2019, un champion national de kick-boxing avait péri en tentant de gagner clandestinement les côtes espagnoles. L’an dernier, une footballeuse marocaine avait profité d’un tournoi organisé en Espagne pour déserter l’équipe nationale féminine.

Le Maroc est une une route migratoire majeure et les candidats au départ viennent le plus souvent de pays d’Afrique de l’Ouest. Mais ces deux dernières années ont vu se multiplier les tentatives de jeunes Marocains, prêts à tout pour quitter un pays marqué par de profondes inégalités et l’absence de toute perspective d’avenir.

Début octobre, quelque 16 corps ont été retrouvés après le naufrage d’une embarcation transportant une cinquantaine de jeunes émigrants marocains sur la côte atlantique au large de Casablanca. Cela ne suffit-il pas aux décideurs pour agir et redresser au moins la barre pour redonner espoir aux jeunes?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.