Le feuilleton Abidar continue : elle se serait réfugiée en France

L’information fait le buzz depuis deux jours. La principale actrice du film de Nabil Ayouche, Loubna Abidar se serait rendue en France, pour s’y réfugier. Ce départ précipité survient après une soi-disant agression dont elle s’est dite victime jeudi dernier à Casablanca.
La comédienne du film polémique Much Loved aurait trouvé refuge en France après son agression de la fin de la semaine dernière où elle a dit avoir été tabassée par plusieurs individus. Diffusant une vidéo puis des photos sur Internet, elle s’était plainte de la réaction de la police après avoir voulu porter plainte contre ses agresseurs.
« J’ai été victime d’une agression à Casablanca. Aucun commissariat ni hôpital n’ont voulu m’accepter. Je suis allée au grand commissariat de Casablanca en pleine nuit et on m’a reçue avec des rires, avait-elle déclaré dans la vidéo diffusé sur YouTube. Enfin, Abidar on t’a frappée !, aurait même dit l’un des policiers.
Le lendemain, la Wilaya de Casablanca avait formellement démenti ces allégations en accusant Loubna Abidar d’avoir déformé la réalité. Selon la police, elle n’a pas voulu signer son procès verbal avant d’avoir eu un certificat médical. Ce certificat, justement, on n’a pas souhaité lui délivrer car, toujours selon l’intéressée, aucune clinique n’a voulu l’accueillir.
On pensait le feuilleton fini mais le week-end, celle qui joue le rôle de prostituée dans le film Zine li fik, avait menacé de quitter le pays et se réfugier à l’étranger si l’Etat ne lui rendait pas justice, geste qu’elle a regretté un peu plus tard sur Facebook.
Aujourd’hui, c’est donc en France qu’elle aurait trouvé refuge. Mère d’une fille de 6 ans, elle aurait fait ses valises ce week-end, d’après plusieurs médias français.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.