Informer sans parti pris

Le parlement panafricain s’inquiète de la situation sécuritaire en Afrique du Sud

2 min read

Le bureau du Parlement panafricain (PAP), a exprimé, mardi, ses inquiétudes au sujet de la situation sécuritaire en Afrique du Sud, suite aux violences xénophobes qui ont eu lieu récemment dans ce pays qui abrite le siège de l’institution législative panafricaine.

Le bureau, qui s’est réuni lundi à Midrand (près de Johannesburg) sous la présidence du président du PAP, Roger Nkodo Dang, a condamné avec force les attaques contre les ressortissants africains en Afrique du Sud.

Ces attaques, qui ont eu lieu principalement à Johannesburg, ont fait au moins 12 morts. Elles ont provoqué une tension dans les relations de l’Afrique du Sud avec plusieurs pays africains. Une situation qui a poussé le président sud-africain Cyril Ramaphosa à dépêcher des Envoyés spéciaux auprès de plusieurs pays du continent pour les rassurer quant à l’engagement de Pretoria en faveur des principes de l’africanité.

Le bureau du PAP a souligné que des contacts étaient en cours avec les autorités sud-africaines, dont le ministère des Relations internationales et de la Coopération, pour que toutes les mesures sécuritaires nécessaires soient mises en place à l’occasion de la 3è session ordinaire de la 5è législature du PAP, prévue à Midrand du 2 au 19 octobre prochain.

Tout en reconnaissant les efforts considérables consentis par le gouvernement sud-africain visant à garantir la sécurité des participants lors de la session du mois prochain, le président du PAP a indiqué qu’un report de la session demeure «fort probable».

Une décision finale sur cette question sera prise lors d’une réunion du bureau du PAP, prévue mardi. Des consultations sont en cours dans ce sens avec les parties concernées, a dit le PAP.

Le président de l’institution législative panafricaine a, d’autre part, mis l’accent sur la nécessité de garantir la sécurité du PAP et des afro-députés. «Nous devons également veiller à obtenir un quorum pour la session (du mois d’octobre)», a-t-il dit, ajoutant le PAP continuera à suivre l’évolution de la situation en Afrique du Sud.

«Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour communiquer avec les députés et les différents parlements nationaux tout en surveillant la situation», a dit M. Dang.

Le PAP est une assemblée consultative de l’Union Africaine qui regroupe les députés des pays membres de l’organisation continentale.

Cette institution a été créé en vertu de l’article 5 de l’Acte constitutif de l’UA et installé officiellement dans ses fonctions le 18 mars 2004.

Le PAP tient au moins deux sessions ordinaires par an. Le Maroc est représenté par cinq afro-députés au sein de cette institution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.