L’enquête PISA 2018 de l’OCDE souligne les difficultés des jeunes à l’ère du numérique

3 min read

La dernière enquête mondiale PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves) de l’Organisation de coopération et développement économiques (OCDE), présentée mardi à Paris, a mis en lumière les difficultés des jeunes à l’ère du numérique.

Environ 600.000 jeunes de 15 ans scolarisés dans 79 pays et économies ont passé les tests PISA 2018 en compréhension de l’écrit, en sciences et en mathématiques, la plupart sur ordinateur, avec un accent sur la compréhension de l’écrit.

Selon cette enquête, qui évalue la qualité, l’équité et l’efficacité des systèmes scolaires, un élève sur quatre dans les pays de l’OCDE ne parvient pas à effectuer les tâches les plus simples en compréhension de l’écrit, ce qui signifie qu’il aura probablement des difficultés à réussir dans un monde de plus en plus numérique.

La plupart des pays, en particulier développés, n’ont guère enregistré d’amélioration au cours des dix dernières années, malgré une progression des dépenses d’éducation de 15 % sur la même période, relève l’enquête dont les conclusions ont été présentées par le secrétaire général de l’OCDE, José Ángel Gurria Treviño, en ouverture d’une conférence sur l’avenir de l’éducation.

« Sans une solide instruction, les jeunes risquent de rester en marge de la société, incapables d’affronter les défis du monde du travail de demain, et les inégalités vont continuer à se creuser », a souligné à cette occasion M. Angel Gurria.

Selon lui, « chaque dollar dépensé dans l’éducation génère des retombées considérables en termes de progrès social et économique et contribue à bâtir un avenir inclusif et prospère pour tous ».

Le pourcentage d’élèves ne possédant que des compétences très limitées en compréhension de l’écrit témoigne de la difficulté que pose pour les pays, y compris développés, la réalisation des Objectifs de développement durable à l’horizon 2030, tandis que la proportion des élèves médiocres a augmenté en moyenne entre 2009 (dernière année où la compréhension de l’écrit a été la matière dominante de l’enquête PISA) et 2018.

Le bien-être des étudiants est également une problématique qui s’accroît, note le rapport, précisant que deux élèves environ sur trois dans les pays de l’OCDE se disent satisfaits de leur vie, bien que le pourcentage d’élèves satisfaits ait reculé de 5 points entre 2015 et 2018.

D’après l’OCDE, environ un élève sur dix dans les pays de l’OCDE obtient les meilleurs résultats en compréhension de l’écrit, alors que l’écart entre les élèves de milieux socio-économiques favorisés et défavorisés est « saisissant ».

La dernière enquête PISA souligne en outre l’impact des technologies numériques sur le monde à l’extérieur de l’école, relevant que les élèves sont plus nombreux à considérer la lecture comme une perte de temps (+5 points de pourcentage) et les garçons comme les filles sont moins nombreux à lire pour le plaisir (-5 points) que ne le faisaient leurs pairs en 2009.

En moyenne dans l’OCDE, un élève sur quatre environ n’atteint pas le niveau de base en sciences (22 %) ou en mathématiques (24 %), note en outre l’enquête.

S’agissant de l’équité en matière d’éducation, le rapport relève que les élèves dépassent la moyenne de l’OCDE dans 11 pays et économies, y compris en Australie, au Canada, en Corée, au Danemark, en Estonie, en Finlande, au Japon, en Norvège et au Royaume-Uni, alors que la corrélation entre le statut socio-économique et les résultats en compréhension de l’écrit est plus faible, ce qui signifie que ces pays possèdent les systèmes scolaires les plus équitables, où les élèves peuvent réussir, quelle que soit leur situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.