MEDays 2015: potentiels et entraves de l’émergence de l’Afrique

4 min read

Des experts marocains et étrangers ont livré, jeudi à Tanger, leurs analyses sur les potentiels et les entraves pour une « Afrique émergente », ainsi que sur les mécanismes à mettre en place pour modéliser la marque « Maroc ».
Intervenant lors d’un panel, sous le thème « Afrique émergente : Croire en cette dernière frontière de croissance? », tenu dans le cadre de la 8ème édition du Forum international MEDays, ces experts ont affirmé que le continent africain détient d’importants potentiels naturels et des ressources humaines compétentes, de nature à le placer au coeur de l’émergence économique mondiale, et ce en capitalisant sur sa croissance démocratique remarqable, le développement de ses marchés intérieurs et la réalisation par certains pays d’indicateurs macro et micro-économiques dinstingués.
Ils ont ainsi estimé que ces potentiels dont dispose l’Afrique sont jusqu’à aujourd’hui sous exploités, en raison des entraves liées au manque d’ouverture et de complémentarité entre les pays africains, à la persistance de la dépendance économique et aux déficiences liés au secteur de l’éducation, la pierre angulaire du développement socio-économique des économies.
Les intervenants ont, dans ce cadre, souligné que le « repositionnement » de l’Afrique nécessite que les pays africains croient en leurs potentialités et s’ouvrent davantage sur les autres économies aux niveaux régional et international, tout en capitalisant sur leurs valeurs sociales, intellectuelles et culturelles.
S’exprimant à cette occasion, l’expert financier, Brahim Benjelloun Touimi, a souligné que l’Afrique a besoin aujourd’hui de renforcer la mobilité des ressources, d’élargir l’inclusion financière, de promouvoir le rôle des banques et des institutions financières et de mettre en place des groupements économiques régionaux, afin de favoriser l’intégration économique et l’émergence du continent et de durabiliser ses performances.
Il a ainsi estimé que la croissance que connait l’Afrique, l’eldorado des investisseurs, devrait être accompagnée de la création d’emplois, la réduction des inégalités, la promotion de l’économie virtuelle, la réduction du fossé entre les compétences disponibles et les besoins du marché du travail et l’amélioration du climat des affaires pour renforcer davantage l’attractivité des investissements directs étrangers (IDE).
De son côté, le vice-ministre, chargé des relations internationales du parti communiste chinois, Yu Hong Jun, a estimé que l’Afrique a besoin aujourd’hui d’un leadership politique et économique de nature à tirer profit des potentiels importants que regorge le continent, notamment en termes de capital humain.
Le responsable chinois a ainsi souligné que le continent est appelé à adopter une gouvernance équilibrée aux niveaux économique et politique, afin d’assurer une émergence durable 
Pour sa part, l’expert économique sud-africain, Tutu Agyare, a estimé que l’émergence du continent africain doit être lancée de l’intérieur et basée sur l’ouverture des marchés, la facilitation de la réglementation, la libre circulation des biens et services, le renforcement des infrastructures, la suppression des barrières douanières et la promotion de la création d’emplois. 
Par ailleurs, les intervenants lors du 2ème panel, tenu sous le thème « Marketing pays : Modéliser la marque -Maroc-« , ont souligné que le développement considérable réalisé par le Maroc aux niveaux démocratique, économique, sécuritaire et de droits de l’Homme devrait favoriser le marketing de la marque « Maroc » dans les manifestations internationales, notant que le Royaume a su réaliser des succès importants de nature à l’ériger en modèle au niveau régional, dans différents domaines vitaux.
A cet égard, ils ont salué le choix du Maroc de miser sur son capital humain, un choix qui a démontré son efficacité au niveau de plusieurs pays avancés, soulignant que le Royaume doit accompagner cette volonté par des moyens d’encadrement efficaces et des formations de qualité, tout en encourageant la création de valeur et l’innovation. 
Placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, cette grande messe, marquée par la participation de près de 120 intervenants, dont des chefs d’Etats, ministres, décideurs politiques et économiques, représentants d’organisations régionales et internationales et de la société civile, et des experts, propose d’identifier des solutions durables pour favoriser une émergence pérenne, face aux nombreuses crises multidimensionnelles qui ont marqué l’année 2015.
Les problèmes multiples qui secouent l’Europe, la renaissance du nationalisme et des populismes, la crise des migrants, l’interminable crise grecque et ses répercussions sur la Zone euro et l’absence de croissance seront également débattus lors de cette édition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.