mer. Juin 16th, 2021

Informer sans parti pris

Mexique : au pays des cartels, le parlement veut légaliser la marijuana

4 min read

Au Mexique, la longue marche des partisans d’une légalisation de la marijuana entre mercredi de plain-pied au parlement avec une législation qui pourrait faire du pays des cartels l’un des plus grands marchés légaux au monde.

Ce texte, qui vise entre autres à réglementer l’utilisation scientifique et industrielle du cannabis, constitue une étape importante pour le Mexique où la violence liée au trafic de drogue fait des milliers de morts chaque année.

Il doit être débattu puis soumis mercredi dans la nuit au vote de la chambre basse du Congrès – la Chambre des députés – après son approbation par le Sénat en novembre.

Mais il pourrait cependant être à nouveau envoyé au Sénat à la suite de modifications qui pourraient être apportées par les députés.

Les deux chambres sont dominées par le parti au pouvoir du président de gauche Andres Manuel Lopez Obrador.

« En théorie, cela créera le plus grand marché légal de marijuana dans le monde en raison de la capacité de production du Mexique », affirme Lisa Sanchez, la directrice de l’ONG Mexico unie contre le Crime.

En l’état, le texte autorise la possession légale de 28 grammes de marijuana par personne, en plus de permettre la culture à domicile de huit plants au maximum.

Il stipule également que les mineurs de moins de 18 ans ne peuvent pas avoir accès au cannabis et interdit sa consommation dans les zones de travail.

Ce qui n’empêche pas les militants partisans de la légalisation de s’insurger contre le fait que la consommation de cannabis demeure un délit.

Cette substance devrait en effet rester sur la liste de celles interdites par la loi mexicaine sur la santé et la possession d’une quantité de cette drogue supérieure aux 28 grammes ne sera pas dépénalisée.

« La production sera légale, la vente sera légale, mais la possession au delà de cette quantité sera toujours soumise à la menace policière d’amendes et d’éventuelles arrestations », déplore Lisa Sanchez.

De fait, regrette-t-elle, même si la loi donne un plus de souplesse, le risque de poursuites continuera de peser sur les utilisateurs et les petits producteurs.

« Cela ne résout pas l’un des principaux problèmes qui affecte le Mexique : l’exploitation abusive des ressources sécuritaires et judiciaires » pour réprimer ces secteurs de la population, ajoute-t-elle.

La réglementation sur la marijuana est en phase avec un arrêt de la Cour suprême d’octobre 2019 qui a jugé « inconstitutionnelle l’interdiction absolue » de sa consommation à des fins récréatives ou de loisir.

Depuis 2015, cette Cour, la plus haute juridiction du Mexique, a rendu une série de décisions considérant illégale l’interdiction de l’utilisation de marijuana à des fins récréatives par des adultes.

Le 12 janvier, le gouvernement avait d’ores et déjà réglementé la production, la manipulation et la commercialisation de la marijuana à des fins médicales.

Favorable à la légalisation, Genlizzie Garibay, la directrice de l’ONG Cannativa, juge toutefois que le Mexique « entre dans ce débat tardivement ».

Mais elle considère cette loi comme « un pas en avant » pour la société, les producteurs et les consommateurs.

Cette législation fera du Mexique, qui compte 126 millions d’habitants, le troisième pays à légaliser le cannabis au niveau national pour un usage récréatif, après l’Uruguay et le Canada.

Mais cette légalisation pourrait aussi être un obstacle à l’entrée dans le commerce légal de petits agriculteurs isolés et pauvres – notamment les producteurs historiques et les victimes collatérales de la lutte contre le trafic de drogue – selon les ONG.

Elles avertissent que les normes d’étiquetage, de production et les conditions d’obtention des semences sont la norme pour les entreprises établies, mais pas pour les producteurs traditionnels.

En outre, l’incursion de l’industrie légale ouvre un front à hauts risques avec les cartels de la drogue qui sont les puissants maîtres de ce secteur d’activité.

En 2020, les autorités mexicaines ont saisi 244 tonnes de marijuana.

Depuis décembre 2006, lorsque le gouvernement a déclenché une offensive militaire contre le trafic de drogue au Mexique, plus de 300.000 personnes ont été tuées.

Le président Andres Manuel Lopez Obrador estime pour sa part que cette démarche de légalisation du cannabis offre une occasion de pacifier son pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.