Informer sans parti pris

Mondial des clubs: avec Hienghène, les Néo-Calédoniens dans « un autre monde »

3 min read

Des amateurs néo-calédoniens face aux stars de Liverpool ? Les footballeurs de Hienghène Sport rêvent de cette opposition insensée mais possible: engagés au Mondial des clubs dès mercredi au Qatar, les joueurs océaniens comptent bien profiter de cet « autre monde » dans lequel ils ont débarqué.

Drapeau calédonien fièrement étendu, larges sourires et tongs toujours accrochées aux pieds pour certains, les joueurs de Hienghène ont atterri remplis d’espoir à Doha le 30 novembre, qualifiés en vertu de leur victoire en mai en Ligue des champions d’Océanie (O-League).

Le club, basé dans la ville éponyme située sur la côte est de la Nouvelle-Calédonie, a tout du Petit Poucet pouvant rêver à l’exploit.

Mercredi pour son premier match contre l’équipe locale d’Al Sadd, hôte de la compétition à laquelle les champions d’Europe de Liverpool participent, Hienghène Sport lancera d’une même voix « Koï theen ! », sa devise signifiant « jusqu’au bout » en langue kanak de la région.

A l’autre bout du monde, à Nouméa et partout ailleurs sur l’île, ils seront nombreux à se lever tôt pour suivre l’équipe qui les rend fiers à partir de 4h30 locales jeudi sur la chaîne publique calédonienne (18h30 mercredi, heure de Paris).

« C’est un honneur de représenter le football calédonien pour la Nouvelle-Calédonie mais aussi pour le Pacifique. Le Pacifique va être derrière son écran et derrière nous. L’émotion est grande », s’emballe Félix Tagawa, l’entraîneur tahitien de l’équipe calédonienne, cité sur la page Facebook de la Fédération calédonienne de football. « On n’est pas arrivé là facilement, on a dû travailler. Il faut en profiter au maximum, faire ce qu’il faut pour monter en niveau ».

S’ils sont au rendez-vous de ce tournoi intercontinental annuel, ce n’est en effet pas dû au hasard, ou à une invitation, mais bel et bien à leurs performances sur la pelouse.

Le 11 mai dernier, Hienghène Sport a réussi l’exploit de gagner la Ligue des champions d’Océanie. Le match a eu lieu à Nouméa au stade Numa Daly devant 7.000 spectateurs et opposait deux clubs calédoniens: Hienghène Sport et l’AS Magenta.

Les premiers l’ont emporté 1-0, rentrant dans l’histoire car jamais une équipe calédonienne n’avait soulevé ce trophée, réservé un temps aux clubs australiens jusqu’à ce que ceux-ci ne rejoignent la Confédération asiatique en 2006, puis aux formations néo-zélandaises, victorieuses des huit éditions précédentes.

Sauf qu’en 2019, pour la première fois Hienghène s’est imposé face à une équipe néo-zélandaise, Wellington (2-0 en avril).

Résultat: ces habitués de la Coupe de France, dont ils atteignent parfois le modeste septième tour (bien avant l’entrée en lice des clubs de Ligue 1), se retrouvent propulsés à la Coupe du monde des clubs.

« Le climat, les grands stades ça va être un autre monde. Pour nous, ça va être énorme. On va donner tout ce qu’on peut pour gagner cette compétition. Il faut gonfler le mental de chacun de nos joueurs », s’est enthousiasmé Bertrand Kaï, attaquant et capitaine de l’équipe, juste avant de s’envoler pour Doha.

Et de souligner, cité par la Fifa: « Il y a beaucoup de fierté. J’ai grandi ici (à Hienghène) et je ne m’attendais pas à voir un jour le club de ma ville disputer une compétition planétaire. »

Jusqu’à défier le grand Liverpool ? Pour cela, les Néo-Calédoniens ont un barrage à franchir mercredi contre Al Sadd, puis un quart de finale éventuel contre les Mexicains de Monterrey samedi, avant le rêve d’une possible demi-finale contre les Reds…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.