mer. Juin 16th, 2021

Informer sans parti pris

Multiples appels à une réforme du Conseil de sécurité de l’ONU

3 min read

Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU ont été exhortés vendredi par plusieurs membres non permanents et le président de l’Assemblée générale à accepter son élargissement pour sauver sa « légitimité », une réforme dans l’impasse depuis longtemps.

Lors d’une session ministérielle du Conseil de sécurité sur le multilatéralisme initiée par Pékin, ni les Etats-Unis, ni la Russie, ni la Chine, ni le Royaume-Uni, membres permanents avec la France, n’ont évoqué cette réforme, au centre de nouveaux débats à l’Assemblée générale de l’ONU, mais sans connaître de percée.

Dans beaucoup de conflits, « la raison de l’échec » au Conseil de sécurité « vient des différences entre ses membres, en particulier ses membres permanents », a relevé le président de l’Assemblée générale, le Turc Volkan Bozkir, dont les interventions devant le Conseil sont extrêmement rares.

« La réforme du Conseil de sécurité représente un intérêt fondamental pour les États membres de l’ONU et pour l’Organisation elle-même. Elle touche au cœur de sa légitimité » et « nous avons besoin d’un Conseil plus représentatif, responsable et transparent », a-t-il dit.

Pour l’Inde, candidat à un siège permanent, comme pour le Vietnam, le Niger, l’Irlande, la Tunisie, ou le Mexique, qui a réclamé « une réforme complète du Conseil de sécurité », un élargissement de cette instance est indispensable.

« Aujourd’hui, l’ONU compte 193 États membres, soit près de quatre fois plus qu’en 1945. La représentation étriquée et les privilèges de quelques-uns au sein du principal organe décisionnel de l’ONU posent un sérieux défi à sa crédibilité et à son efficacité », a jugé au nom de l’Inde un haut responsable de son ministère des Affaires étrangères, Harsh Vardhan Shringla.

« Comment expliquer la contradiction d’une non-représentation de l’Afrique au Conseil de sécurité dans la catégorie des membres permanents, alors même que les questions africaines dominent son ordre du jour? », a-t-il demandé.

Jugeant que la composition actuelle du Conseil de sécurité reflète « une époque révolue », le diplomate indien a estimé qu’il ne peut être à l’origine de « solutions efficaces que s’il donne une voix aux sans voix plutôt que de conserver avec zèle un statu quo pour les puissants ».

Tous les pays qui se sont exprimés vendredi en faveur d’une réforme du Conseil de sécurité en sont actuellement membres non permanents pour deux ans.

La France, réitérant être favorable à un élargissement du Conseil de sécurité, a rappelé sa proposition d’interdire l’usage du droit de veto pour les cinq membres permanents en cas d’atrocités de masse. « 105 Etats » soutiennent cette idée, a précisé le secrétaire d’Etat français au Tourisme et à la Francophonie, Jean-Baptiste Lemoyne, en appelant la totalité des membres de l’ONU à l’appuyer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.