Nouvelle extension du chantier de l’autoroute urbaine de Casablanca

Les usagers de l’autoroute urbaine de Casablanca doivent certainement être lassés des travaux qui semblent s’éterniser. Alors qu’il devait être livré en avril 2014, le chantier est toujours ouvert dans la zone nord, d’où des désagréments pour les automobilistes. Certains n’hésitent pas à pointer du doigt la société Copisa, en charge du projet de réaménagement de l’autoroute urbaine alors que, dans la réalité, elle est probablement hors de cause. Selon des sources proches du projet, on apprend en effet que l’étalement des travaux jusqu’en 2015 résulte de la signature d’un nouvel avenant au contrat initial, imposant à la société adjudicatrice du marché la réalisation de nouveaux ouvrages liés à cette autoroute. Selon les mêmes sources, les délais allaient bien être tenus, mais le Conseil de la ville a décidé de rajouter une nouvelle bretelle et deux ronds- points du côté de Sidi Bernoussi en prévision de l’augmentation du trafic dans les mois à venir. Cette hausse est due notamment à la construction dans cette zone du nouveau siège du groupe Auto Hall et d’une grande mosquée.

L’aménagement des espaces verts jouxtant la chaussée est en cours

D’après le nouvel accord, les travaux ne seront finalement achevés qu’à la fin de l’été et la livraison est programmée au plus tard en septembre ou octobre, le temps que les contrôles nécessaires soient réalisés.

En attendant, la ville a entamé les travaux d’embellissement des abords de la chaussée par des espaces verts. Ces travaux ne devaient, en principe, être faits qu’après la livraison définitive de l’autoroute urbaine, mais vu le temps que cela a pris, les autorités en ont décidé autrement pour rattraper une partie du retard.

Pour rappel, le premier avenant au contrat signé en 2014 concernait la réalisation de bretelles non prévues initialement desservant la ville nouvelle de Zénata, soit non loin de la zone où les travaux sont actuellement en cours. Celui-ci avait eu pour conséquence un premier allongement de la durée nécessaire pour la réalisation de tout le chantier de huit mois. Si les nouveaux délais sont respectés, ce projet aura finalement connu un retard de près de deux ans, alors que les autorités de la ville l’avaient classé parmi les chantiers stratégiques du plan d’urgence de la ville dont les retombées devaient se faire ressentir dès début 2014.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.