Abc24.ma – Informer sans parti pris

Site généraliste d'information

Panne géante pour Facebook, déjà dans la tourmente

4 min read

Facebook, Instagram, WhatsApp et Messenger, les deux réseaux sociaux et les deux messageries du géant californien, subissaient une panne sans précédent lundi, plongeant le groupe dans une double crise après les révélations au grand jour d’une lanceuse d’alerte.
« Facebook fait face à une panne mondiale d’une rare intensité », a noté le site Downdetector, qui rassemble des signalements d’utilisateurs. Rien qu’entre 15H15 et 16H30 GMT, « nous avons vu plus de 5,6 millions de rapports du monde entier sur des problèmes avec ces services », a précisé le site qui affirme également que c’est la panne la plus importante qu’il ait jamais observée.
Les sites, les applications et même les sites web de l’entreprise étaient inaccessibles depuis plus de cinq heures, ont constaté des journalistes de l’AFP.
Après une première heure de silence, les services ont reconnu le problème. « Instagram et ses amis ont du mal en ce moment, et vous avez peut-être des difficultés à les utiliser. Restez avec nous, nous nous en occupons », a ainsi tweeté l’équipe de communication d’Instagram.
Les problèmes techniques ou de cybersécurité qui bloquent temporairement l’accès aux sites et applications ne sont pas rares, mais la durée et l’ampleur de cette interruption de quatre plateformes utilisées tous les mois par quelque 3,5 milliards de personnes en font un incident majeur, qui tombe très mal pour la firme de Mark Zuckerberg.
Elle traverse l’une des pires crises sur sa réputation depuis deux semaines, à cause d’une ancienne ingénieure, Frances Haugen, qui a accusé le groupe de choisir « le profit plutôt que la sûreté » de ses utilisateurs, dans un entretien diffusé par la chaîne CBS dimanche.
Ses révélations ont donné un nouvel élan aux nombreux détracteurs de Facebook, notamment les élus qui cherchent à reprendre le contrôle sur ses plateformes omniprésentes.
« Nos sincères excuses à tous ceux qui sont affectés par les pannes des services qui alimentent Facebook en ce moment. Nous avons des problèmes de réseau et nos équipes travaillent aussi vite que possible pour réparer et revenir en ligne », a tweeté Mike Schroepfer, le directeur technologique de Facebook.
La société n’a pas réagi à des sollicitations de l’AFP, y compris au sujet de rumeurs sur les nombreux problèmes de connexion en interne affectant les employés eux-mêmes.
Selon des experts en cybersécurité, des signes montrent que les chemins informatiques d’accès aux plateformes de Facebook ont été perturbés.
« Facebook et d’autres sites affiliés ont disparu d’Internet dans un déluge de mises à jour de BGP », un protocole de routage informatique, a ainsi tweeté John Graham-Cumming, le directeur technologique de la société Cloudflare.
« Il est étonnant que Facebook n’ait pas encore réparé le problème (…) qui devrait être facile à corriger », souligne de son côté pour l’AFP Jake Williams, cofondateur de BreachQuest, une entreprise de cybersécurité.
Il rappelle par ailleurs que l’impact de la panne est pire dans les nombreux pays où Facebook est « synonyme de +l’internet+ », ou pour les usagers qui se servent du réseau social pour accéder à d’autres services.
Sur Twitter, le malheur de la plateforme faisait le bonheur de ses concurrents et des utilisateurs facétieux, qui rivalisaient d’humour.
« Les inscriptions sont en forte hausse sur Signal (bienvenue tout le monde) », a ainsi écrit la messagerie réputée pour son cryptage des données. « Nous savons aussi ce que c’est de travailler pendant une panne et nous souhaitons bonne chance aux ingénieurs », a-t-elle ajouté.
La lanceuse d’alerte Frances Haugen a confié des documents internes au Wall Street Journal qui ont donné lieu mi-septembre à une série d’articles sur les effets toxiques de Facebook et Instagram pour la société.
Le plus retentissant d’entre eux portait sur les problèmes de santé mentale de nombreuses adolescentes confrontées, image après image, au mythe du corps féminin idéal. Une dérive dont Facebook a parfaitement conscience, selon l’ingénieure.
Elle doit être interrogée mardi par des sénateurs américains lors d’une audition sur ce sujet. Selon elle, le groupe privilégie la quête de l’attention des consommateurs, au détriment des conséquences potentiellement néfastes pour les personnes et les démocraties.
Ces révélations montrent pour le président américain Joe Biden que Facebook « ne sait pas se réguler soi-même », d’après sa porte-parole Jen Psaki. Elles « prouvent les inquiétudes (…) au sujet du pouvoir que les géants des réseaux ont amassé ».
Preuve de ce pouvoir, la vie quotidienne et professionnelle de dizaines de millions personnes était perturbée lundi par la panne.
Mais certains utilisateurs se montraient philosophes, comme Cindy Bennett, une boulangère de New York, interviewée par l’AFP : « en général, je crois que le monde serait meilleur si tout le monde ne savait pas ce que tous les autres font à tout instant du jour et de la nuit ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.