PLF2016 : Le taux de croissance de 3% établi sur l’hypothèse d’une récolte céréalière moyenne

Le Projet de Loi de finances 2016 table sur un  taux de croissance de 3 pc sur la base d’une récolte moyenne de 70 MQX, après  une récolte exceptionnelle de 1115 MQX en 2015, d’où une baisse d’environ 40  pc, a noté, vendredi à Rabat, le ministre de l’Economie et des finances,  Mohammed Boussaid.
« Ce changement d’hypothèse se traduirait par une baisse de 1,8 pc en 2016  du rythme d’évolution de la valeur ajoutée agricole, après 13,9 pc en 2015,  soit une perte de 1,7 point », a expliqué M. Boussaid, lors d’une conférence de  presse consacrée à la présentation du PLF 2016.
« Subséquemment, il est plus judicieux et de bonne méthode, d’appréhender les  perspectives de l’économie nationale en 2016, en termes de valeur ajoutée non  agricole, qui enregistrerait une hausse de 3,5 pc », a précisé le ministre.
M. Boussaid a noté que le PLF 2016 vise à ramener le déficit budgétaire  prévisionnel à 3,5 pc du PIB, en se basant sur des hypothèses fixant le taux  d’inflation à 1,7 pc du PIB, le cours moyen de pétrole à 61 dollar le baril et  le cours moyen du gaz butane à 450 dollar la tonne.
Le ministre a relevé le redressement du déficit budgétaire qui continue à se  résorber passant de 4,9 pc du PIB en 2014 à 4,3 pc en 2015 et du déficit  budgétaire qui enregistre un net recul de 22 pc, grâce à une dynamique  remarquable des industries exportatrices et une réduction de la facture  énergétique.

M. Boussaid a aussi mis en évidence le niveau record des réserves en devises  couvrant 6 mois et 13 jours d’importations et la progression remarquable des  Investissements directs étrangers (IDE) d’environ 20 pc.
 » 2016 sera une année charnière pour les grandes réformes, avec  l’opérationnalisation de la Loi organique des finances et la régionalisation  avancée, à côté d’autres réformes structurelles, notamment la réforme du  système judiciaire, la réforme de la fiscalité et de la retraite », a indiqué M.  Boussaid, qui a mis l’accent sur l’accélération des stratégies sectorielles.
Le ministre a saisi cette occasion pour mettre l’accent sur le modèle de  développement du Maroc, salué par tous les partenaires internationaux, mettant  l’accent sur la stabilité politique et la capacité du Royaume à maintenir la  cadence des réformes multidimensionnelles.

Par ailleurs, M. Boussaid a indiqué que le projet accorde une place de choix aux secteurs sociaux afin de réduire les disparités sociales et spatiales et créer des emplois décents.

Le PLF 2016 consacre également 15,5 milliards de dirhams (MMDH) à la caisse de compensation pour continuer à subventionner le gaz butane et les denrées alimentaires, 45,7 MMDH pour l’école publique, 10 MMDH pour l’enseignement supérieur et 14,3 MMDH pour la santé publique, a noté M. Boussaid, lors d’une conférence de presse consacrée à la présentation du PLF 2016.

Plusieurs mesures ont été mises en place à travers le Fonds d’appui à la cohésion sociale pour continuer à soutenir 800.000 enfants boursiers dans le cadre du programme Tayssir pour un budget de 500 millions de dirhams (MDH), 8,8 millions bénéficiaires Ramed pour un budget de 1,7 MMDH et 3,9 millions bénéficiaires de l’initiative 1 million de cartables pour un budget de 100 MDH et les veuves en situation de précarité, a précisé M.Boussaid.

Le PLF consacre d’autres mesures visant l’inclusion socio-économique des jeunes, notamment l’opérationnalisation de l’indemnité pour perte d’emploi (500 MDH sur 3 ans), l’insertion de 65.000 jeunes à travers le programme Idmaj et la création de 26.000 nouveaux postes d’emplois publics.

Pour sa part, le nombre des étudiants devant profiter de la couverture médicale atteindrait près de 250.000 pour un coût de 100 MDH.

Le ministre a mis également l’accent sur le programme de lutte contre les disparités dans le milieu rural, doté de 55,8 MMDH et qui vise 20.800 projets au profit de 24.000 douars.

Il touche à tous les secteurs, mais l’essentiel du financement (50 milliards de DH) sera focalisé sur les infrastructures de base.

Par ailleurs, le PLF 2016 accorde une importance particulière à la diversification de l’offre en logement destinée aux catégories à moyen et à faible revenu, l’accélération de l’éradication des bidonvilles et le traitement de l’habitat menaçant ruine, à l’aide d’un montant de 2,8 MMDH.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.