Informer sans parti pris

Procès El Chapo: les jurés resteront anonymes pour raisons de sécurité

2 min read

2016-01-09 00:00:00 epa05093490 Alleged fugitive Mexican drug lord Joaquin 'El Chapo' Guzman is escorted by the authorities to a Mexican Army helicopter in Los Mochis, Sinaloa, Mexico, 08 January 2016, to be transferred to the prison from which he escaped on 11 July 2015. Guzman, allegedly one of the world's most powerful drug lords, made his second escape from a high-security prison in July 2015 using a series of sophisticated tunnels. The suspected head of the Sinaloa cartel was recaptured on 08 January in the town of Los Mochis near the Pacific Coast in his home state of Sinaloa, the Milenio newspaper reported citing Mexican security authorities. EPA/JOSE MENDEZ

Les jurés qui seront sélectionnés pour juger le célèbre narcotrafiquant mexicain Joaquin « El Chapo » Guzman resteront anonymes, pour éviter toute intimidation, a annoncé le bureau du procureur fédéral de Brooklyn. Le juge Brian Cogan, qui doit présider au procès du narcotrafiquant prévu en septembre, a donné lundi gain de cause au procureur, qui réclamait l’anonymat pour les jurés ainsi qu’une protection pour leurs allers-retours au tribunal.

Le juge a estimé qu’en tant que leader présumé du puissant cartel de Sinaloa, « El Chapo », 60 ans, est accusé d’avoir dirigé des « hommes de main » ayant conduit des centaines d’agressions, de meurtres et de kidnappings. « Sur la base de l’acte d’accusations et des preuves déjà examinées par la cour », a ajouté le magistrat, « il est probable que les preuves du procès établiront un mode de fonctionnement de l’accusé et de ses associés tel qu’un juré pourrait craindre pour sa sécurité ».

Le juge a rejeté les arguments de la défense, qui faisait valoir qu’imposer l’anonymat des jurés pourrait nuire à la présomption d’innocence à laquelle sont tenus les jurés. Plusieurs fois reporté, le procès d’El Chapo doit se dérouler sur plusieurs semaines à partir d’une date non encore précisée en septembre.

Interpellé en janvier 2016 au Mexique et extradé aux Etats-Unis en janvier 2017, Guzman, 60 ans, est accusé d’avoir dirigé, 25 ans durant, le cartel de Sinaloa, l’un des plus puissants que le continent américain ait jamais connu. En raison de ses précédentes évasions, il est détenu dans des conditions d’isolement particulièrement sévères à Manhattan, avec des visites limitées, des conditions que ses avocats n’ont cessé de dénoncer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.