mer. Juin 16th, 2021

Informer sans parti pris

Roman : « Le dossier 42 » de Abdelmajid Sebbata

2 min read

L’écriture du roman « Milaf 42 » (le dossier 42), qui a réussi à atteindre la longue liste des nominations pour le Prix international du Roman arabe « Booker » pour l’année 2021, m’a obligé d’entrer en isolement pour lui consacrer tout mon temps, et pouvoir sortir de l’oubli le drame des huiles frelatées, a affirmé le jeune écrivain marocain, Abdelmajid Sebbata.
Le romancier a expliqué, dans un entretien publié sur le site web du Prix, que l’idée du roman lui est venue en octobre 2017, lorsqu’il a lu un article traitant du sujet de la catastrophe des huiles frelatées au Maroc peu après son indépendance, ajoutant qu’il a aussitôt pris la décision de mettre au jour « ce sujet oublié », et de le présenter « à ma génération pour qu’elle en connaisse les détails, et enfin pouvoir réhabiliter – quoique symboliquement – les victimes. »
Sebbata, qui avait précédemment remporté le prix du livre marocain en 2018 pour son roman « l’heure zéro », a indiqué que l’écriture de son dernier roman a pris neuf mois, étant donné qu’il adopte une méthode rigoureuse qui consiste à rassembler la documentation et développer une conception préliminaire de l’intrigue avant de se lancer dans l’écriture. Le jeune rbati, né en 1989, a déploré l’impact négatif de la pandémie de Covid sur la réception de son travail, regrettant qu’elle l’a privé de son droit de le présenter après l’annulation des expositions, des réunions et des cérémonies de signature en raison du virus. En revanche, a-il poursuivi, le plus beau aspect de la littérature, « c’est sa forte capacité à défier et transcender toutes les frontières spatiales et temporelles ».
Dans sa présentation de l’ouvrage, le site internet du « Booker Prize » salue un « roman avec une intrigue déroutante, écrit avec des techniques narratives postmodernes ».
Diplômé en génie civil, Abdelmajid Sebbata compte à son actif un autre roman, « derrière le mur de l’amour » (NovaPlus, 2015), ainsi que des traductions de deux œuvres de l’écrivain français Michel Bussi, qui s’ajoutent à plusieurs articles et traductions traitant de questions littéraires, culturelles et historiques. Créé à Abu Dhabi, le Booker Prize est soutenu par la Fondation du « Booker Prize » à Londres et financé par le département de la Culture et du Tourisme d’Abu Dhabi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.