Abc24.ma – Informer sans parti pris

Site généraliste d'information

Sans avancer aucune raison, l’Algérie interdit son espace aérien au Maroc

2 min read

Les relations s’exacerbent  entre l’Algérie et le Maroc. Une nouvelle poussée de fièvre a frappé les généraux d’Alger avec l’annonce surprise de la fermeture de l’espace aérien algérien au voisin marocain sous prétexte de « provocations et de pratiques hostiles », sans les définir.

Cette décision survient un mois après l’annonce, le 24 août, par l’Algérie de la rupture de ses relations diplomatiques avec le Maroc, après des mois de tensions sur fond de la dynamique diplomatique du Maroc.

Dans un communiqué, la présidence algérienne a décrété la fermeture « immédiate » de l’espace aérien algérien « à tous les avions civils et militaires marocains ainsi qu’aux aéronefs qui portent un numéro d’immatriculation marocain ».

La décision a été prise lors d’une réunion du Haut Conseil de sécurité (HCS), présidée par le chef de l’Etat Abdelmadjid Tebboune, également ministre de la Défense, et consacrée à l’examen « des développements aux frontières avec le Royaume du Maroc ».

La fermeture a été décidée « au regard de la poursuite des provocations et pratiques hostiles du côté marocain », sur lesquelles la présidence n’a apporté aucune précision.

Les frontières aériennes de l’Algérie, fermées depuis le 17 mars en raison de l’épidémie de Covid-19, n’ont rouvert que partiellement le 1er juin vers sept pays dont le Maroc ne faisait pas partie.

Selon une source proche de la compagnie nationale Air Algérie, il n’y a plus de vols commerciaux directs entre l’Algérie et le Maroc depuis cette date. « Les vols entre les deux pays n’ont pas repris et les Algériens se rendant au Maroc transitent par Tunis. »

La décision d’Alger affectera surtout dans l’immédiat les appareils marocains dont les trajets survolent le territoire algérien.

Une source chez Royal Air Maroc a déclaré que la fermeture de l’espace aérien algérien affecterait seulement 15 vols hebdomadaires reliant le Maroc à la Tunisie, à la Turquie et à l’Egypte.

Cette source a décrit comme « insignifiante » la mesure décidée par Alger, ajoutant que les vols concernés pouvaient changer de plan de vol pour survoler la Méditerranée.

Officiellement, aucun commentaire n’a été effectué par les autorités marocaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.