Informer sans parti pris

Une blogueuse libanaise critique l’Egypte sur Facebook, 8 ans de prison

2 min read

Une touriste libanaise arrêtée le mois dernier pour s’être plainte, dans une vidéo postée sur Facebook, d’harcèlement sexuel et plus généralement de ses conditions de séjour en Egypte, a été condamnée samedi à huit ans de prison par un tribunal du Caire, a dit à Reuters son avocat.
Mona el-Mazboh a été arrêtée à l’aéroport du Caire à la fin de son séjour en Egypte en raison d’une vidéo d’une durée de 10 minutes dans laquelle elle qualifie l’Egypte de « pays de salopards ».
Dans sa vidéo, qui a affolé les réseaux sociaux, Mona el-Mazboh, âgée de 24 ans, se plaint d’avoir été sexuellement harcelée aussi bien par des chauffeurs de taxi que par des jeunes hommes dans la rue.
Elle parle également de la mauvaise qualité du service dans les restaurants pendant le mois du ramadan et évoque un incident au cours duquel on lui avait volé de l’argent lors d’un précédent voyage en Egypte.
Le tribunal du Caire l’a jugée coupable d’avoir volontairement propagé de fausses rumeurs susceptibles de nuire à la société, de s’en être pris à la religion et d’avoir tenu des propos indécents, ont dit des sources judiciaires.
Un cour d’appel va examiner son cas le 29 juillet, a souligné l’avocat de Mona el-Mazboh.
« (…) Avec tout le respect dû à l’institution judiciaire, c’est un verdict sévère. Il rentre dans le cadre de la loi, mais le tribunal a appliqué la peine maximale », a poursuivi l’avocat, Emad Kamal, ajoutant que sa cliente souffrait de dépression et qu’elle avait subi une opération en 2006 rendant plus difficile le contrôle de ses émotions.
Les défenseurs des droits de l’homme égyptiens disent devoir faire face à la plus féroce répression qu’a jamais connue le pays sous le régime du président Abdel Fattah al Sissi, investi début juin pour un deuxième mandat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.