Informer sans parti pris

Une rétrospective inédite autour de Léonard de Vinci au Louvre à Paris

4 min read

Avec plus de 180.000 billets écoulés avant même son ouverture, la grande rétrospective inédite organisée par le musée du Louvre à l’occasion du cinquième centenaire de la mort de Léonard de Vinci fait sensation à Paris et promet de battre tous les records.

La veille de son ouverture, les commissaires de l’exposition ont tenu à présenter ce grand événement, mardi, d’abord aux représentants de la presse locale et internationale. Des centaines de journalistes ont fait la queue à l’entrée du Louvre sous un dispositif de sécurité imposant pour être les premiers témoins de ce grand rendez-vous artistique unique, qui fera de Paris, cinq mois durant, le centre de tous les regards.

Les organisateurs de cette rétrospective géante, à visiter du 24 octobre courant au 24 février 2020, affirment espérer battre le record détenu par l’exposition « Toutankhamon, le trésor du pharaon » tenue du 23 mars au 22 septembre derniers à la Grande Halle de La Villette et qui avait accueilli pas moins de 1,42 million de visiteurs.

Spectaculaire à tous les niveaux, la rétrospective « Léonard de Vinci » réunit pas moins de 162 peintures, dessins, sanguines, manuscrits, sculptures et objets d’art du génie de la Renaissance, issus des plus prestigieuses institutions européennes et américaines, mais aussi de collections privées. Des œuvres d’art empruntées, non sans difficulté, auprès notamment de la Royal Collection, du British Museum, de la National Gallery de Londres, de la Pinacothèque vaticane, de la Bibliothèque Ambrosienne de Milan, de la Galleria Nazionale de Parme, des Gallerie dell’Accademia de Venise, du Metropolitan Museum de New York et l’Institut de France.

Selon les commissaires de cette rétrospective, Vincent Delieuvin et Louis Frank, il s’agit de « la plus grande réunion d’œuvres de Léonard de Vinci jamais réalisée », qui se présente comme une occasion unique d’admirer 11 tableaux de l’artiste (sur moins de 20 qui lui sont attribués par les spécialistes) à côté d’une sélection de ses plus beaux dessins et de ses principaux manuscrits scientifiques.

Pour le musée du Louvre, qui possède la plus importante collection au monde de peintures de l’artiste florentin ainsi que 22 dessins, cet événement, qui marquera une fin en beauté d’une saison artistique parisienne impressionnante, revêt une signification particulière, d’autant plus qu’il constitue le couronnement de plus de dix ans de travail acharné.

Ce travail titanesque a porté aussi bien sur l’œuvre « particulièrement complexe » de l’artiste que sur sa biographie « non moins complexe elle aussi », d’où le parcours choisi pour cette rétrospective qui retrace les principales étapes artistiques de Léonard de Vinci, notent les commissaires de la rétrospective.

Il a été ainsi décidé de décliner le parcours de cette exposition en sections sous des intitulés comme « Ombre et lumière relief », « liberté », « science » et « vie », portant chacune sur une étape particulière de la vie et de la carrière artistique du Génie de la Renaissance.

Le travail a porté aussi sur l’examen scientifique renouvelé des tableaux du Louvre et la restauration de trois d’entre eux, ce qui permettra de mieux comprendre la pratique artistique de cet artiste hors pair et de sa technique picturale.

L’exposition consacre une place particulière également à la biographie de Léonard de Vinci sur la base de tous les documents d’archives accessibles en vue de dresser le portrait d’un homme et d’un artiste d’une extraordinaire liberté, qui a marqué de son empreinte l’histoire universelle des arts et des sciences.

Elle met toutefois un accent tout particulier sur Léonard de Vinci le peintre et non pas sur cet « esprit qui s’est dispersé dans différents champs » de l’art et des sciences, ont relevé les commissaires de l’exposition.

A cette occasion, le Louvre rassemble autour des cinq tableaux essentiels en sa possession, à savoir la « Vierge aux rochers », « la Belle Ferronnière », « la Joconde », « le Saint Jean Baptiste » et « la Sainte Anne », la plus grande part possible des peintures de l’artiste, afin de les confronter à un large choix de dessins ainsi qu’à un ensemble, restreint mais significatif, de tableaux et de sculptures de l’environnement du « grand maître », selon les organisateurs.

L’exposition présente aussi des réflectographies infrarouge de plusieurs peintures de Léonard de Vinci, à la même échelle que l’œuvre originale, permettant de révéler le dessin sous-jacent à base de carbone pour découvrir le tracé de la composition posé par l’artiste sur la préparation de son support avant de le recouvrir ensuite par les couches de peinture.

En outre, les visiteurs seront au rendez-vous avec l’expérience de réalité virtuelle dans un tête-à-tête avec la Joconde, qui restera toutefois exposée dans le parcours des collections permanentes, et qui permettra au public d’interagir avec le tableau. Ils auront ainsi l’occasion unique de s’immerger dans cette œuvre emblématique et de vivre une rencontre inoubliable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.